marc_le_gros_en_pleine_lecture_de_ses_poemes_a_la_galerie_3467395_1_

 

Cigüeña

 

A chaque clocher sa fleur d’épine

son grand bûcher de paille vive

on s’y griffe les yeux en Avril

les mains nous brûlent comme la neige là-haut

sur GREDOS

la saison dure ce qu’elle dure

et si on croche dans sa lumière

c’est qu’on a peur

que l’oiseau qui se pose ce grand oiseau

noir et blanc

ne rejoigne la lenteur ancienne des pierres

mais l’heure crépite comme un chant de fagot

le temps ne pèse plus

que de son pois de plumes

 

Avila    Avril 1991

Le Nouvel Ecriterres, N° 5, Printemps 1991

29720 Plonéour-Lanvern, 1991

Du même auteur : Rouge-gorge (07/09/2018)