serge_sautreau_1_

 

A l’intérieur

on songe

 

« L’improbable poésie, son bégaiement, ses grèves »

 

La koésie est un dîner de gala chez les sans-papiers

En partant elle emporte tout

Même les montres

 

Elle a ses entrées dans les salles de contrôle

Tous les écrans pour capter l’indicible

Les cordages piègent le vent c’est de la buée de pauvres

On en fera un ressac sur un catamaran

L’absence de toute idée aura le dernier mot : formel

D’autres disent formol mais ce sont des alouettes d’angle

 

La koésie ne fréquente pas pour rien

Les polices de caractères

Question liberté elle a le bracelet agile

Elle tend les mains les arabes trinquent

Elle voile sa page les noirs dégustent

Elle joue aux dés c’est la débâcle

Elle vise au cœur ça marche droit

A l’intérieur on songe il y a de l’embauche dans l’air

 

Jamais cette jeune fille au pair n’a été hors la loi

On ne décèle pas le moindre écart dans sa tenue et quand elle semble

Coïncider avec la catastrophe c’est une crise de rien

Un revers de langage pas de quoi faire une émeute et de nos jours

Elle chasse le sens comme au charter ou pour un safari :

 

Qu’il n’en reste rien pas un cri pas une bribe

For-mel je vous dis et tout dans l’impassible

Dehors il n’y a rien dedans c’est de la chaux parlons bretelles sur web

 

A l’intérieur on songe

Quelle avant-garde vraiment vraiment

 

Les âpretés élémentaires elle en fait amnésie

D’autres rébus l’attendent à équation sur césure

C’est fou ce détergent qui vous nettoie le mental en regardant ailleurs

 

A l’intérieur on songe

A de la koésie

 

 

in, Orphée studio : « Poésie d’aujourd’hui à voix haute »

Editions Gallimard (Poésie), 1999