maxlarkamp_1_

 

Jardin automnal (Florence)

 

Au jardin spectral au laurier muet

De ses vertes guirlandes

A la terre automnale

Un ultime salut !

Aux arides versants

Âpres rougis dans l’extrême soleil

Confuse de rumeurs

Rauques crie la lointaine vie :

Crie au soleil mourant

Qui ensanglante les parterres.

S’entend une fanfare

Qui déchirante monte : l e fleuve disparaît

Dans les arènes d’or ; dans le silence

Sont les blanches statues à la tête des ponts

Tournées : les choses déjà ne sont plus.

Et du profond silence comme un chœur

Et tendre et grandiose

Surgit et aspire haut à mon balcon :

Et en arôme de laurier,

En arôme de laurier âcre languissant,

Parmi les statues immobiles au couchant

Elle m’apparaît, présente.

 

Traduit de l’italien par Irène Gayraud et Christophe Mileschi

In, Dino Campana : « Chants orphiques et autres poèmes »,

édition bilingue.

Editions Points, 2016

Du même auteur :

Gênes / Genova (20/08/2017)

La Chimère / La Chimera (20/08/2018) 

Poésie facile / Poesia facile (20/08/2019)

 

Giardino autunnale (Firenze)

 

 

Al giardino spettrale al lauro muto

De le verdi ghirlande,

A la terra autunnale,

Un ultimo saluto ! 

A l’aride pendici

Apre arrossate nell’estremo sole

Confusa di rumori

Rauchi grida la lontana vita :

Grida al morente sole

Che insanguina le aiole. 

S’intende una fanfara

Che straziante sale : il fiume spare

Ne le arene dorate ; nel silenzio

Stanno le bianche statue a capo i ponti

Volte:  e le cose già non sono più.

E dal fondo silenzio come un coro

Tenero e grandioso

Sorge ed anela in alto al mio balcone :

E in aroma d’alloro,

In aroma d’alloro acre languente,

Tra le statue immortali nel tramonto

Ella m’appar, presente.

 

Canti Orfici,

Tipografia F. Ravagli, 1914

Poème précédent en italien :

Giacome Leopardi : Les souvenirs / Le ricordanze (2012/2019)

Poème suivant en italien :

Salvatore Quasimodo: « Vous avez fini de sonner le glas ... » / « Avete finito di battere i tamburi... » (15/04/2020)