desktop_PPR_6_Hameury_1_

 

Sans doute y a-t-il encore

aux bords où j’allais jadis

terres et mers que j’ignore.

Peut-être suffirait-il de s’en aller

sans se retourner. Devant moi, alors

d’autres espaces.

 

Mais j’ai déjà vu tout cela surgir

demeurer un instant puis s’effacer

avec les sillages. J’ai connu

les aubes et les soirs, le sang

et la paix, et l’amertume

de toujours revoir ce que j’avais vu.

 

Quand la lumière de l’improbable

se glisse sous la paupière du ciel

je ne sais plus que fermer les yeux.

 

Ithaque et après

Editions Folle Avoine, 35137 Bédée,1993

Du même auteur : « J’aimerais qu’Hélène, parfois ... » (16/09/2014)