Casimiro_de_Brito1_1_

 

 

Assis dans la mer qui s’assied

à tes pieds

tu caresses un chien sur la plage déserte. La mémoire

s’insinue en mots

que tu ne sais pas déchiffrer ; sable

tissé

dans un alphabet rigoureux. Tu respires

l’océan qui fluctue

dans le fil du regard, dans les bateaux

qui brillent

sur la toile des eaux. La lumière

en cascade. Les rets de la mort

sacralisés

en chaque mouvement.

 

Traduit du portugais par Michelle Giudicelli

in, « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie »

Editions Gallimard (Poésie), 2010

 

Sentado no mar que se senta

a teus pés

acaricias um cão na praia deserta. A memória

insinua-se em palavras

que não sabes decifrar; areia

tecida

num alfabeto rigoroso. Respiras

o mar que flutua

na mesa do olhar, nos barcos

que brilham

na tela das águas. A luz

em cascata. A teia da morte

sacralizada

em cada acto.

 

Arte de bem morrer

Roma Editora ,Lisboa, 2008

Poème précédent en portugais :

Fernando Pessoa : Le Gardeur de troupeaux /O Guardador de rebanhos (XI-XXX) (20/06/2019)

Poème suivant en portugais :

 

António Ramos Rosa: « Je ne peux remettre l’amour... » / « Não posso adiar o amor... » (19/02/2020)