saint_gelais_1_

 

Il n’est point tant de barques  à Venise,

D’huîtres à Bourg, de lièvres en Champagne,

D'ours en Savoie, et de veaux en Bretagne,

De cygnes blancs le long de la Tamise ;

 

Ni tant d’amours se traitant en l’église,

De différends aux peuples  d’Allemagne,

Ni tant de gloire à un seigneur d’Espagne,

Ni tant se trouve à la cour de feintise ;

 

Ni tant y a de monstres en l’Afrique,

D’opinions en une République,

Ni de pardons  à Rome  un jour de fête ;

 

Ni d’avarice aux hommes de pratique,

Ni d’arguments en une Sorbonnique,

Que ma mie a de lunes en la  tête. 

 

Oeuvres poétiques complètes

Editions Prosper Blanchemain, 1873

Du même auteur : Treizain (08/12/2018)