antonio_gamoneda_L_oteBeW_1_

 

Blues de l’escalier

 

Une femme monte l’escalier

avec un chaudron rempli de peines.

La femme monte l’escalier

avec le chaudron de ses peines.

 

J’ai croisé une femme dans l’escalier

qui a baissé les yeux en me voyant.

J’ai croisé la femme et son chaudron.

 

Je n’aurai plus de paix dans l’escalier.

 

Traduit de l’espagnol par Claude de Frayssinet

« Poésie espagnole. Anthologie 1945 – 1990 »

Acte sud / Editions Unesco, 1995

Du même auteur :

« Je sais que l’unique chant… » (04/12/2016)

« Vois / la fugacité sylvestre… » (04/12/2017)

« Il existait tes mains... » / « Existían tus manos... » (04/12/2018)

 

 

Blues de la escalera

 

Por la escalera sube una mujer

con un caldero lleno de penas.

Por la escalera sube una mujer

con el caldero de las penas.

Encontré a una mujer en la escalera

y ella bajó sus ojos ante mí.

Encontré la mujer con el caldero.

Ya nunca tendré paz en la escalera.

 

Blues castellano

Ediciones Noega, Gijón (Espagne), 1982

Poème précédent en espagnol :

Pablo Neruda : Le paresseux / El perozoso (02/11/2019)