22 novembre 2019

Torquato Tasso / Le Tasse (1544 – 1595) : Ciel et mer

  Ciel et mer   Craton, songe à la mer maintenant que son flot S’assoupit sur la grève et que le vent se tait ; Vois la nuit dans le ciel déployer son manteau Noir et bleu, fastueux, éclaboussé de gemmes.   Contemple toute nue et sans la moindre nue Nager dans l’océan de l’espace étoilé Et mêler la blancheur splendide de leurs corps La Lune et tout autour les Nymphes du ciel.   Regarde brasiller sur ces plages distinctes Et s’abattre, fondant une même splendeur : Les étoiles-poissons et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2019

Miguel D’ors (1946 -) : « Comment appeler l’oiseau... »

  Comment appeler l’oiseau pour que du vers il se lève et s’envole et s’égare de branche en branche, comment ? Comment appeler le fleuve sans interrompre son chant ni taire son écoulement ? Comment faire pour que le nom de la rose conserve son parfum ? Comment dire sable et sentir la caresse d’une main dorée, et comment faire pour que le soleil et le vent, le feu et les automnes demeurent dans le poème ? Ah, où apprendre cette magie de disposer le nom des choses de façon à ce que le lecteur de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2019

Kamal Ibrahim (1942 -) : « Mes morts portent des bas... »

  Mes morts portent des bas Mes terres se tuent pour un plaisir Mes mains m’écoutent enfin Je mange un mètre de stupeur         Je mère avec l’obscur Un doigt que colombe la mort Je reste avec le bruit Je larve mon cri D’un temps qui neige au ralenti Je verse l’ici Je père mon sexe rajeuni         A chaque venin L’entendre terre Près du froid qui a mis un lac Dans la femme disais-je A double sang Vers la chose qui s’étoile   Tu as pris un ventre à l’amour ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 novembre 2019

Richard Rognet (1942 -) : « Tu vois que les roses ... »

  Tu vois que les roses finissantes soutiennent la clarté jusqu’aux fenêtres de ta chambre, tu leur dis, aux roses, de ne pas laisser le jour se replier comme une aile malade, qu’il peut espérer l’amitié de leurs pétales – et même, tu devines, dans cette apparente fragilité, que le monde reprendra force, après un hiver redouté qui passera sans trop de peine et d’abandon.   C’est comme cela que se pensent la joie, les champs à l’horizon, la tranquillité des chemins, des pierres, des murs dans l’attente d’on... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 novembre 2019

Voltaire (1694 – 1778) : Le loup moraliste

  Le loup moraliste               Un loup, à ce que dit l’histoire, Voulut donner un jour des leçons à son fils,           Et lui graver dans la mémoire, Pour être honnête loup, de beaux et bons avis. « Mon fils, lui disait-il, dans ce désert sauvage, A l’ombre des forêts vous passez vos jours ; Vous pourrez cependant avec de petits ours Goûter les doux plaisirs qu’on permet à votre âge. Contentez-vous du peu que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 novembre 2019

Joyce Mansour (1928 – 1986) : « Les vices des hommes... »

  Les vices des hommes Sont mon domaine Leurs plaies mes doux gâteaux J’aime mâcher leurs viles pensées Car leur laideur fait ma beauté.   Cris Editions Seghers, 1953 Du même auteur : Bleu comme le désert (21/01/2014)  Le téléphone sonne (21/01/2015) Chant arabe (21/01/2016)  « Vous ne connaissez pas… » (21/01/2017) Trous noirs (21/02/2018)
Posté par bernard22 à 00:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 novembre 2019

Jean – Pierre Abraham (1936 – 2003) : « Elle ouvre la porte... »

  Elle ouvre la porte Se penche Laisse couler de ses doigts Le chat dans la nuit   Compère qu’as-tu vu ? Editions Le temps qu’il fait, 1993   Du même auteur : Poète foutu (16/11/2018)
Posté par bernard22 à 00:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2019

Mikhaïl Iourievitch Lermontov / Михаил Юрьевич Лермонтов (1814 - 1841) : « Adieu, Russie, patrie pouilleuse ...» / « Прощай, нем

  Adieu, Russie, patrie pouilleuse, Pays des maîtres et des serfs, Des policiers à tête creuse Et du bon peuple qui les sert.   Au Caucase où le sort m’emporte Echapperai-je à tes pachas, A l’œil qui voit malgré les portes, A l’oreilles qui sait déjà ? 1841     Traduit du russe par André Markowicz In, « Le Soleil d’Alexandre, le cercle de Pouchkine, 1802-1941 »  Editions Actes Sud,2011 Du même auteur : « De ma geôle ouvrez-moi la grille… » (15/11/2015) La... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 novembre 2019

Jean Malrieu (1915 – 1976) : Levée en masse

  Levée en masse   Ne serait-ce qu’une fois, si tu parlas de liberté, Tes lèvres, pour l’avoir connue, en ont gardé le goût du sel, Je t’en prie, Par tous les mots qui ont approché l’espoir et qui tressaillent, Soit celui qui marche sur la mer. Donne-nous l’orage de demain.   Les hommes meurent sans connaître la joie. Les pierres au gré des routes attendent la lévitation.   Si le bonheur n’est pas au monde nous partirons à sa rencontre. Nous avons pour l’apprivoiser les merveilleux manteaux de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2019

Malcolm de Chazal (1902 – 1981) : « L’horizon... »

  L’horizon Ne fait Jamais Un pas De trop       * L’horizon N’a Jamais Pu Faire Un Nœud.   Poèmes Editions Jean-Jacques Pauvert, 1968 Du même auteur : « L’air... » (13/11/2018)
Posté par bernard22 à 01:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :