AVT_Jean_Ristat_6601_1_

 

 

I

 

Écriture rends-nous la mémoire avant que

L’oubli n’enfouisse nos songes comme dans

Un jardin abandonné le tohu-bohu

Des lilas et des herbes mouillées où se bousculent

Des odeurs je pense à toi ami maintenant

Que la rumeur t’a enseveli je

Me retrouve seul dans l’attente des roses

Que tu aimais égorger avec des ciseaux

D’argent Ô comme le temps me manque au milieu

De la vie comme au bord d’une tombe à qui

Parlé-je donc devant ce miroir brisé Ô

J’ai avalé les ombres et leurs flammes de cendre

J’appelle au secours les morts me répondent comme

En écho et les vivants ne m’entendent pas

Charognards regardez j’ai un trou dans le cœur

Une étoile y est tombée un soir de Noël

Creusant un cratère où le feu a la couleur

Du sang

 

 

 

Tombeau de Monsieur Aragon

Editions Gallimard, 1983