lermontov_1_

 

Adieu, Russie, patrie pouilleuse,

Pays des maîtres et des serfs,

Des policiers à tête creuse

Et du bon peuple qui les sert.

 

Au Caucase où le sort m’emporte

Echapperai-je à tes pachas,

A l’œil qui voit malgré les portes,

A l’oreilles qui sait déjà ?

1841

 

 

Traduit du russe par André Markowicz

In, « Le Soleil d’Alexandre, le cercle de Pouchkine, 1802-1941 » 

Editions Actes Sud,2011

Du même auteur :

« De ma geôle ouvrez-moi la grille… » (15/11/2015)

La voile / Парус (15/11/2016)

« Lorsque s’agite et joue la plaine jaunissante… » (15/11/2017)

Monologue / Монологa (15/11/2018)

La mort du poète /Смерть поэта. (15/11/2020)

 

Прощай, немытая Россия,

Страна рабов, страна господ,

И вы, мундиры голубые,

И ты, им преданный народ.

 

Быть может, за стеной Кавказа

Сокроюсь от твоих пашей,

От их всевидящего глаза,

От их всеслышащих ушей.

 

Poème précédent en russe :

Ossip Emilievitch Mandelstam  / О́сип Эми́льевичМандельшта́м  : - « Pour la gloire à venir ... » / « За гремучую доблесть грядущих веков... » (26/09/2019)

Poème suivant en russe :

Nikolaï AlekseïevitchNekrassov/ Николай Алексеевич Некрасов (1821 – 1877) : « Ô fête de la vie ... » / « Праздник жизни - молодости годы – » (06/01/2020)