biagio_1_

 

T’ai ôté chaque feuille

comme à rose

qui s’effeuille

pour te voir bouton d’or.

 

Je ne l’ai pas trouvé :

mais ton parfum m’a énivré

et à présent je meurs

de tant d’envie

de ce parfum passé

égaré

oublié comme

un de mes vers

 

Traduit de l’italien par Sophie Basch

In, « La Nouvelle Revue Française, Juillet-Août 1993, N° 486-487 »

Editions Gallimard, 1993

 

 

Ti ho tolto ogni foglia

come ad una rosa

che si disfoglia

per vederti il bottone con l’oro.

 

Non l’ho trovato:

ma il tuo parfumo mi ha ubriacato

e adesso muoio

di tanta voglia

di quel profumo andato

disperso

come un mio verso

dimenticato.

 

Traduit du vénitien en italien par Edda Serrain

In, « Biagio Marin : poésie »

Garzanti editore, Milano (Italie), 1992

 

 

T’hè levào ogni fogia

como a una ruosa

che se desfiogia

per vêghete el boton co’ l’oro.

 

No’ l’hè catào:

ma ’l to profumo

m’ha ’nbriagào

e adesso

moro de tanta vogia

de quel profumo andào

disperso como un gno verso

desmentegào

 

Texte original en vénitien