Herwarth_Walden_1910_1_

 

Fern blühen Deine Augen – Loin fleurissent tes yeux

Fern – Loin

Weit hinter den Nächten – Loin derrière les nuits

Blühen still Leben zwischen Sterben

Blühen stiller Sterben zwischen Leben

Entre vivre et mourir silence fleurissent

Le mourir entre le vivre plus silencieusement fleurissent

Blühen Sterne in die Nächte – Fleurissent étoiles dans les nuits

Augensterne – Yeux étoiles

Nacht schmiegt sich an Nacht und Nächte

La nuit s’unit à la nuit et les nuits

Atmen tief und ab und auf

Respirent profondément et expirent et inspirent

Atmen hoch  und fern und nah – Fort respirent loin et près

Augen sternen tagversonnen – Pensant au jour les yeux étoilent

Leben verschmiegt sich nachtversehnt

La vie s’unit nostalgique de la nuit

O Deine Augen – O tes yeux

Zwei ruhende Sterne über kreisender Erde

Sur terre qui tourne en cercle deux étoiles au repos

Fern – Loin

 

Traduit de l’allemand par Emile Malespine

In, revue « Manomètre, N°1, juillet 1922 »

Lyon (France)

Poème précédent en allemand :

Nelly Sachs : Papillon / Schmetterling (16/09/2019)