moton60_1_

 

Dialogue à Jérusalem


 

Il est mien, ce pays                                                           Il est mien, ce pays

Par la lèvre et la veine                                                      Dépouillé de ma peau.

 

J’y revis mes racines                                                        Rendez-moi mes racines,

Le nœud rouge des ères.                                                  Je me change en désert.

 

Sur chaque pierre brûle                                                    Mutilé de mon nom,

Ma mémoire et mon nom.                                                Mémoire lapidée.

 

Cette terre est le livre                                                        Dans ce ciel tous mes mots

Où ma parole est d’herbe.                                                 Sont devenus des ailes.

 

Mon Dieu naquit du blé                                                    Mon Dieu sortit du sable,

Son feu mon seul miroir                                                   Devint une fontaine,

          me reconnaît.                                                                    Miroir brisé.

 

Vert ce pays me vêt                                                          Je portais un habit de terre,

Lierre de mon origine.                                                      Nu, j’ai le cœur à vif.

 

Deux mille ans pour un rêve,                                           Mes enfants, chaque jour

Deux mille ans dans la cendre                                          Mangent un pain de cendre.

 

Chaque arbre est une blessure                                          Ma vie, arbre amputé

Et chaque feuille un mort.                                                Des deux bras de son ombre.

 

Terre à jamais pétrie.                                                        Chaque larme est une mer

De la fumée des songes                                                    Pour le corail des yeux

          calcinés.                                                                           de mes ancêtres.

 

J’ai trouvé mon visage                                                     Je n’ai plus qu’un visage

Sur ces tables gravé :                                                       Privé d’état civil.

 

Je suis une écriture                                                           Mon empreinte effacée

Que le sang rend visible.                                                  Habite les étoiles.

 

Ma main touchant les roches                                            Ma langue céréale,

Y réveille les psaumes.                                                     Harpe des ceps et des couleurs.

 

Mon corps talismanique                                                   Je suis la grappe noire

Se convertit en vigne.                                                       D’un soleil extirpé.


Les ténèbres s’émondent,                                                 Interdit de lumière

Mon soc est de soleil.                                                       Comme on l’est de séjour.

 

J’ai banni la souffrance,                                                    Mon domaine est la plaie

Déboisé le mépris,                                                            Et je suis le couteau

Mis l’histoire debout.                                                       Retourné dans le temps.

 

J’ai repris mon assise                                                        Les clés de mon histoire

Et largué le malheur.                                                         N’ouvrent plus ma maison.

 

Forge l’anneau, ma terre                                                   Ma terre, es-tu la chaîne

De notre identité.                                                              Que je traîne à mes pieds ?

 

Un seul Etat pour nous                                                     Notre mère est l’errance,

Qui venons de l’absence.                                                  Notre terre est l’exil.

 

Nous bâtissons des villes                                                  Sur nos murs on détruit

Des digues contre le néant.                                               Le tracé de nos rêves.

Notre porte est ouverte                                                     Nous restons à la porte

A toux ceux que l’on chasse.                                           Et l’on nous jette un os.

 

Notre force est raison                                                       S’imprime en votre chair

Par le sang, par la flamme.                                               La loi du talion

 

J’éprouve ma justice                                                        Vous inventez la braise

Sur le tranchant du fer.                                                    Qui nous rendra raison.

 

Je suis mort trop souvent                                                 Vous qui semez le vent

Pour ne pas aimer vivre                                                   Vous aurez pour récolte

          à perdre corps.                                                                 épis de mort.

 

J’aime trop cette terre                                                       J’aime trop cette terre

Pour la mettre en partage.                                                Pour y être étranger.

 

Mes rames sont garantes                                                  Pour reprendre son dû

Du viatique, du levain                                                      Ma terre sous vos pas

          de l’avenir.                                                                       tremble et s’insurge.

 

Si j’ai conquis le bleu,                                                     Si le feu vous harcèle

Si j’ai conquis le feu,                                                       C’est que statues de sel

          c’est pour durer.                                                              vous deviendrez.

 

Je n’ai pour frontière                                                        Vous perdrez votre source

Que ma vie cette immense                                               Poussière votre image

          cicatrice.                                                                           nuit votre legs.

 

Vous niez qui nous sommes,                                            Nous, gerbe éparpillée,   

 

Ce que nous voulons être,                                                Terre brûlée, terre arrachée

Unité de sève et de sel.                                                    Vive du ventre de nos femmes

 

Nous, rescapés du pire,                                                    Vous fondez votre empire

Vous rêvez nous exclure                                                  Sur nos ruines, nos aubes

Par le meurtre et la peur.                                                  Spoliées et pillées.

 

J’ai gagné cette terre                                                        J’ai droit au littoral

Estuaire promis                                                                Où bleuit ma mémoire

          à tant de soif.                                                                    accrue.

 

Je défendrai l’oracle de mon règne                                   Fût-ce au prix de ma vie

Fût-ce au prix de ma mort.                                               De votre croix je déclouerai l’aurore.

 

Sans ma patrie je ne puis vivre,                                        Je ne puis vivre sans patrie

Rien sans elle n’a plus de sens.                                        Expulsé de mon propre sang.

1973

(Capital terrestre)

 

In, Revue « Action poétique, N° 57 », 1974

Du même auteur :

Mère (12/08/2014)

Hors-saison (12/09/2015

Je dois réponse à tout (12/09/2016)

Mais si… (12/09/2017)

Aimer Mourir (1209/2018)