montale_eugenio_fotogramma_kjtB__835x437_IlSole24Ore_Web_1_

 

La bourrasque

 

La bourrasque qui fait ruissellement aux feuilles

Dures du magnolier les longs coups de tonnerre

Printanier et la grêle,

 

(Les sons cristallins dans ton lit nocturne

Te surprennent, d’un or

Qui s’éteignit aux acajous, aux tranches des reliures,

Il brûle un grain de sucre encor

aux coquilles de tes paupières)

 

Et l’éclair qui blancheur

Confit arbres et murs et les surprend en leur

Eternité d’instant – et le marbre et la manne

Et la destruction – ce que gravé en toi

Tu portes pour ta peine et qui te tient liée

Plus que l’amour à moi, ô mon étrange sœur, -

Et puis le rude éclatement ! et puis les sistres !

Le tremblement

Des tambourins sur une fosse accapareuse,

Piétinement du fandango, et par-dessus

Quelque mouvement qui tâtonne...

                                                        Comme

Quand tu te retournas et des mains, dégageas

Ton front de la nuée de tes cheveux,

 

Et tu me saluas – pour entrer dans le noir.

 

Traduit de l’italien par Pierre Jean Jouve

In, «Eugenio Montale, tradotto da Pierre Jean Jouve »

Scheiwiller-All'insegna del pesce d'oro, Milano, 1964

Du même auteur : « A midi faire halte …/ « Merrigiare pallido… » (10/05/2016)

 

 

La bufera

 

 

La bufera che sgronda sulle foglie

dure della magnolia i lunghi tuoni

marzolini e la grandine,

 

 

(i suoni di cristallo nel tuo nido

notturno ti sorprendono, dell'oro

che s'è spento sui mogani, sul taglio

dei libri rilegati, brucia ancora

una grana di zucchero nel guscio

delle tue palpebre)

 

 

il lampo che candisce

alberi e muro e li sorprende in quella

eternità d'istante – marmo manna

e distruzione – ch'entro te scolpita

porti per tua condanna e che ti lega

più che l'amore a me, strana sorella, –

e poi lo schianto rude, i sistri, il fremere

dei tamburelli sulla fossa fuia,

lo scalpicciare del fandango, e sopra

qualche gesto che annaspa…

Come quando

ti rivolgesti e con la mano, sgombra

la fronte dalla nube dei capelli,

 

 

mi salutasti – per entrar nel buio.

 

 

La Bufera e altro

Neri Pozza Editore, Vicenza (Italia), 1956

Poème précédent en italien :

Giuseppe Ungaretti : J’ai tout perdu / Tutto ho perduto (13/05/2019)

Poème précédent en italien :

Dino Campana : Poésie facie / Poesia facile (20/08/2019)