oscar_wilde_photo_1_

 

Désespoir

 

Les saisons avec elles amènent leur ruine,

Au printemps, le narcisse apparaît

Qui ne se fane avant que n’ait rougit la rose

Et, à l’automne, fleurissent les violettes

Et le frêle crocus trouble alors la blancheur de la neige ;

Puis, les arbres dénudés reverdissent,

Comme font les gris labours sous les pluies de l’été

Et renaissent les primevères qu’un enfant cueillera.

 

La belle vie ! dont le flot amer et avide

Monte à nos pieds et sombre dans la nuit

Pour revêtir des jours qui ne reviendront plus !

L’ambition, l’amour, brûlantes rêveries,

Nous les perdons trop vite, et ne trouvons plaisir

Que dans quelques fragments de souvenirs enfuis.

 

Traduit de l’anglais par Bernard Delvaille

In, Oscar Wilde : « Œuvres »

Editions Gallimard (La Pléiade), 1996

Du même auteur :

La ballade de la geôle de Reading / The ballad of Reading Gaol (11/08/2017)

Bords de l’Arno / By the Arno (11/08/2018)

 

 

Desespoir

 

The seasons send their ruin as they go,

For in the spring the narciss shows its head

Nor withers till the rose has flamed to red,

And in the autumn purple violets blow,

And the slim crocus stirs the winter snow;

Wherefore yon leafless trees will bloom again

And this grey land grow green with summer rain

And send up cowslips for some boy to mow. 

But what of life whose bitter hungry sea

Flows at our heels, and gloom of sunless night

Covers the days which never more return?

Ambition, love and all the thoughts that burn

We lose too soon, and only find delight

In withered husks of some dead memory. 

 

Poème précédent en anglais :

Emily Brontë : « Je viendrai quand ... » / « I’ll come when…» (01/07/2019)  

Poème suivant en anglais :

Richard Brautigan : Trou d’étoile / Star hole (27/09/2019)