220px_Maison_natale_Victor_Hugo_079_1_

 

Le matin

 

Moriturus moriturae .


Le voile du matin sur les monts se déploie,

Vois, un rayon naissant blanchit la vieille tour ;

Et déjà dans les cieux s'unit avec amour,

          Ainsi que la gloire à la joie,

Le premier chant des bois aux premiers feux du jour.

 

Oui, souris à l'éclat dont le ciel se décore ! -

Tu verras, si demain le cercueil me dévore,

Un soleil aussi beau luire à ton désespoir,

Et les mêmes oiseaux chanter la même aurore,

          Sur mon tombeau muet et noir !

 

Mais dans l'autre horizon l'âme alors est ravie.

L'avenir sans fin s'ouvre à l'être illimité.

          Au matin de l'éternité

          On se réveille de la vie,

Comme d'une nuit sombre ou d'un rêve agité !

 

 

Odes et Ballades,1828

Du même auteur :

A quoi songeaient les deux cavaliers (04/08/2014)

Soleils couchants I, VI (04/08/2015)

« Demain, dès l'aube… » (04/08/2016)

Stella (04/08/2017)

Horror-IV (04/08/2018)