edouard_maunick_1_

 

Parole 1

 

..          ..          ..          ..          ..          ..          ..          mourir est pluriel

tu reviens chaque fois          entre parole et paroles

quérir la déblessure          de la race et du vivant

 

où faudrait-il aller

pour trouver l’ombre de la mer

 

ta race : close derrière tes livres

à défaut de récitation en plein vent

ta race n’est deuil ni fête foraine

autant reprendre ta racine aux manèges de la mer

 

reste l’ILE - Femme – Terre

au seul visage

au corps d’ardoise folle

où périr les mots

est un soleil crié

 

le vivant          ton père mort

cogne corps noir          à la terre          à la pierre

 

Ensoleillé vif,

Editions Saint-Germain-des-Prés (Le Multipliant), 1976

Du même auteur :

« Qui veut tout écrire sur la lumière… » (02/12/2015)

« J’écris ces pages en vrac… » (27/02/20/17)

Parole 45 (02/08/2018)