05 juillet 2019

René Daumal (1908 – 1944) : Le grand jour des morts

  Le grand jour des morts   La nuit, la terreur, à cent pas sous terre, les caveaux sans espoir, la peur dans la moelle et le noir dans l'œil — l'appel de l'étoile meurt au bord du puits — et ces mains, ta détresse blanche dans la brume glacée du fond de toute la vie, dans la détresse blanche de ces mains qui seront les miennes un jour, tellement je les aurai aimées.   Ne t'échappe pas, me dit la lumière — celle qui éclate partout ici, mais légère sur l'épaisseur aveugle qu'elle enferme et vaine ;... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 juillet 2019

Anna Akhmatova / Анна Ахматова (1889 – 1966) : Premier avertissement / Первое предупреждение

  Premier avertissement   Que nous importe, en vérité, Que tout se transforme en poussière, Sur combien d’abîmes j’ai chanté, Dans combien de miroirs j’ai vécu ? Ce n’est pas un rêve, soit, ni un réconfort, C’est tout sauf un bienfait du ciel, Il se peut que tu sois obligé De te rappeler plus qu’il n’est nécessaire. Le grondement des poèmes qui se taisent, L’œil qui se cache dans les profondeurs, Cette couronne de barbelés rouillés Au milieu d’un silence inquiet. 6 juillet 1963   Traduit du russe... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 juillet 2019

Philippe Jaccottet (1925 -) : A la lumière d’hiver

  A la lumière d’hiver   I Fleurs, oiseaux, fruits, c’est vrai, je les ai conviés, je les ai vus, montrés, j’ai dit : « c’est la fragilité même qui est la force », facile à dire ! et trop facile de jongler avec le poids des choses une fois changée en mots ! On bâtissait le char d’Elie avec des graines légères, des souffles, des lueurs, on prétendait se vêtir d’air comme les oiseaux et les saints...   Frêles signes, maison de brume ou d’étincelles jeunesse...   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
02 juillet 2019

Haizi / 海子 (1964 -1989) : Emouvoir

  Emouvoir   L’aurore est une biche qui me piétine au front et le monde est si beau dans la grotte les fleurs sauvages en longeant mon corps brûlent jusqu’à la pointe du jour brûlent jusqu’au dehors ô le monde est si beau   et le soir, le seigneur de cette biche est depuis longtemps rentré au fond de la terre ; adossé aux racines des arbres il déplace des bonheurs que tu ne pourras jamais voir les fleurs sauvages sous terre brûlent jusqu’à la surface   les fleurs brûlent ton visage et en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 juillet 2019

Emily Jane Brontë (1818 – 1848) : « Je viendrai quand ... » / « I’ll come when…»

  Je viendrai quand tu connaîtras la pire angoisse, Allongé, seul, dans la chambre assombrie, La folle joie de la journée évanouie Et l’heureux sourire banni Des ténèbres glacées du soir.   Je viendrai quand le vrai sentiment de ton cœur Régnera pleinement, sans rien pour le gauchir, Et que mon influence, se glissant en toi, Aggravant la désolation, gelant la joie, Emportera ton âme.   Ecoute : voici l’heure, voici Pour toi le moment redoutable ; Ne sens-tu pas déferler sur ton âme Un flot... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :