Jean_Sioui_150x150_1_

 

Mon père cachait en lui

l’indien sauvage

 

Longtemps il a marché hors sentier

 

Dans sa chair de vieux

après des années de nuits blanches

il a repris ses rides d’homme des bois

 

Mon père a sorti de lui

ses jours de chasse

ses longues nuits en cabane

le sourire des enfants

qui mâchaient la gomme des sapins

 

Mon père s’est endormi

en rêvant qu’il n’avait pas triché

 

Revue « Hopala, N° 43, septembre - novembre 2013 »

29000 Quimper, 2013