l_ecrivain_tahar_ben_jelloun_a_paris_le_13_fevrier_2017_5851903_1_

 

Non

tu n’es pas du pays de ton enfance

tu n’as rien vu

tu n’as rien connu

ni les murs noirs des prisons

ni la terre retournée

ni le bordel d’enfants pour homosexuels de l’ Occident

ni la main qui se pose sur le regard conscient

ni la corde qu’on tresse de ses fibres pour ne pas sangloter à genoux

ni le kif qu’on cultive pour vivre

 

Tu n’as connu de ton pays que la douceur du soleil que vantent les panneaux

     publicitaires

tu n’as connu de la douleur que la rumeur

pas même les mille brûlures du ciel

pas même la honte

la honte de ton silence

 

Cicatrices du soleil

Editions François Maspero,1972

Du même auteur : 

Poèmes par amour (19/06/2015)

« Que de cendres dans mon crâne… » (19/06/2016)

« Je tourne le dos à la ville… » (19/06/2017)

« Etranger... » (19/06/2018)