Yves_Broussard_2010_1_

 

 

Dire vrai

 

 

 

En bout de branche

 

 

 

l’oiseau

 

seul

 

 

 

Prêt à tout

 

 

 

à l’envol

 

à la chute

 

à la mort soudaine

 

 

 

Ainsi l’homme

 

 

 

quelque part

 

au bénéfice du doute

 

 

 

Proche de l’instinct

 

 

 

   ------------------

 

 

 

Tu fus cette étoile

 

 

 

blanche

 

au milieu de la nuit

 

 

 

pesante

 

aux instants

 

suprêmes

 

 

 

fragile

 

comme l’éternité

 

 

 

Ayant dominé

 

l’espace

 

 

 

il t’appartient

 

d’habiter

 

le temps

 

 

 

   ------------------

 

 

 

Gravité

 

du chant

 

 

 

Dans la percée

 

des abeilles

 

 

 

comme

 

au premier jour

 

du monde

 

 

 

l’homme

 

s’invente une histoire

 

 

 

qui le conduira

 

du cœur du tout

 

 

 

au cœur du

 

rien

 

 

 

   ------------------

 

 

 

Oubliés sur l’établi

 

le copeau ajouré

 

 

 

et l’insecte attentif

 

parcelle d’éternité

 

 

 

Dehors

 

un souffle neuf

 

 

 

pour le devenir

 

 

 

   ------------------

 

 

 

Bourdonnements d’insectes

 

au cœur de l’été

 

dans la transparence

 

des signes

 

 

 

Furtives

 

quelques ombres

 

hachurent les restes

 

su sentier

 

 

 

Sur ce monde introublé

 

noyau d’abîmes

 

 

 

Le vide et le silence

 

composent

 

un infini mélange

 

 

 

et s’émiette

 

l’éternité

 

 

Mesures de la vie

Editions Le Taillis Pré, Châtelineau (Belgique), 2004

Du même auteur : « Il est un lieu de longues marches... » (13/01/2016)