peter_huchel_1_

 

Le tombeau d’Ulysse

 

Personne ne trouvera

le tombeau d’Ulysse,

aucun coup de bêche

le casque encroûté

dans la vapeur d’os pétrifiés.

 

Ne cherche pas la grotte,

où, sous la terre,

une bouffé de suie, rien qu’une ombre,

mutilée par la poix de la torche,

descendit vers ses compagnons morts,

les mains levées sans armes,

couverte du sang des moutons égorgés.

 

Tout est à moi, dit la poussière,

le tombeau du soleil derrière le désert

les récifs pleins du fracas de l’eau,

midi sans fin, qui avertit toujours

le fils des pirates d’Ithaque,

le gouvernail, corrodé par le sel,

les cartes et les catalogues des vaisseaux

du vieil Homère.

 

Traduit de l’allemand par Emmanuel Moses

In, Peter Huchel : « La tristesse est inhabitable »

Editions de La Différence (Orphée), 1990

Du même auteur :

Exil (16/04/2015)

Ferme Thomasset (16/04/2016)

« Sous la houe brillante de la lune… » / Unter der blanken Hacke des Monds… » (16/0420/17)

Origine / Herkunft (16/04/2018)

 

 

Das Grab des Odysseus

 

Niemand wird finden

das Grab des Odysseus,

kein krustigen Helm

im Dunst versteinerter Knochen.

 

Such nicht die Höhle,

wo unter die Erde hinab

ein wehender Russ, ein Schatten nur,

vom Pech der Fackel versehrt,

zu seinen toten Gefährten ging,

die Hände hebend waffenlos,

bespritzt mit dem Blut geschlachteter Schafe.

 

Mein ist alles, sagte der Staub,

das Grab der Sonne hinter der Wüste,

die Riffe voller Wassergetöse,

der endlose Mittag, der immer noch warnt

den Seeräubersohn aus Ithaka,

das Steuerruder, schartig vom Salz,

die Karten und Schiffskataloge

des alten Homer.

 

Die neunte Stunde,

Suhrkamp verlag, Frankfurt/Main, 1972

Poème précédent en allemand :

Friedrich Hölderlin : Fantaisie du soir / Abendphantasie (06/02/2019)