Miniatur_20Heinrich_20von_20Morungen_1_

 

12.II

Jamais, saisi d’une telle allégresse,

ne s’est mon cœur envolé si haut.

Je vais comme si je pouvais en pensée

voltiger sans cesse autour d’elle,

depuis qu’elle m’a fait l’accueil réconfortant

qui s’est exhalé dans mon âme

et m’a pénétré jusques au fond du cœur.

 

Tout ce que je vois de charmant

doit se refléter dans l’extase que j’éprouve.

Que ma joie salue

l’air et la terre, les bois et les prés.

Il m’est venu un espoir joyeux

et une confiance exquise

qui exaltent mon âme.

 

Louée la nouvelle charmante

qui frappe si doucement mon oreille,

loué le tourment si doux

qui transperce d’allégresse mon cœur.

Il en jaillit

une rosée de joie

qui ruisselle de mes yeux.

 

Bienheureuse l’heure délicieuse,

bienheureux l’instant, le jour précieux

où sortit de la bouche de ma dame le mot

qui toucha si profondément mon cœur

que toute ma personne tressaillit de joie,

et que de plaisir, je ne sais pas, en vérité,

ce que je dois dire d’elle.

 

Traduit du moyen-haut allemand par

Danielle Buschinger, Marie-Renée Diot

Et Wolfgang Spiewok

In, « Poésie d’amour du Moyen Age allemand »

Union Générale d’Editions (10/18), 1993

Du même auteur : « Des regards douloureux... » / « Leitlîche blicke... » (11/04/2018)

 

12.II

In sô hôher swebender wunne

sô gestuont mîn herze ane vröiden nie.

ich var, als ich vliegen kunne,

mit gedanken iemer umbe sie,

Sît daz mich ir trôst enpfie,

der mir durch die sêle min

mitten in daz herze gie.

 

Swaz ich wunneclîches schouwe,

daz spile gegen der wunne, die ich hân.

luft und erde, walt und ouwe

suln die zît der vröide mîn enpfân.

Mir ist komen ein hügender wân

und ein wunneclîcher tröst,

des mîn muot sol hone stân.

 

Wol dem wunneclîchen maere,

daz sô suoze  durch mîn ôre erklanc,

und der sanfte  tuonder swaere,

diu mit vröiden in mîn herze sanc,

Dâ von mir ein wunne entspranc,

diu vor liebe alsam ein tou

mirüz liebe alsam  ein tou

mir ûz von den ougen dranc.

 

Saelic sî  diu süeze stunde,

saelic sî diu zît, der werde tac,

dô daz wort gie von ir munde,

daz dem herzen mîn sô nâhen lac,

Daz mîn lîp von vröide erschrac,

und enweiz von liebe joch,

was ich von ir sprechen mac.

 

 

Des Minnesangs Frühling.I

Nouvelle édition revue par H.Moser et H. Tervooren.

37ème édition, Stuggart, 1982

Poème précédent en moyen haut -allemand :

Heinrich Von Morungen : « Des regards douloureux... » / « Leitlîche blicke... » (11/04/2018)