21 mars 2019

Clément Marot (1465 – 1544) : D’Anne qui lui jeta de la neige

  D’Anne qui lui jeta de la neige          Anne par jeu me jeta de la neige, Que je cuidais (*) froide certainement :              (*) je croyais Mais c’était feu, l’expérience en ai-je, Car embrasé je fus soudainement      Puisque le feu loge secrètement Dedans la neige, où trouverais-je place Pour n’ardre (*) point ? Anne ta seule grâce     (*)... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2019

Charles d’Orléans (1394 – 1465) : « Quand Souvenir ... »

  Quand Souvenir me ramentait (*)                    (*) me rappelait La grand beauté dont était pleine,  Celle que mon coeur appelait  Sa seule Dame souveraine,  De tous biens la vraie fontaine,  Qui est morte nouvellement, Je dis, en pleurant tendrement : ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mars 2019

André Markowicz (1960 -) : Trois aubes

  Trois aubes   I. Chanson   Tissus de l’amour-dieu      la « feuille jaunissante » et l’élan vers le rien au jour le jour, et le grand ire au cœur de la grièche et la peau grivelée                     de nos soucis de l’un pour l’autre sous la canicule, j’ai fermé les yeux      pour vous, dès lors dans notre enceinte, il dit il ne dit pas, et si j’épouse... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
18 mars 2019

Vassili Joukovski (1783 – 1852) : A K.M.S.

  A K.M. S. (*)   De nos plaisirs passés nous avons vu la fin, Mais pour le cœur en deuil, le deuil même est un baume. Quoi ? Tout n’est donc qu’un rêve et nos pleurs seraient vains ? Et notre pauvre vie ne serait qu’un fantôme ? Qu’un chemin tortueux pour mener au néant ? Non, c’est le désespoir qui n’est qu’errance vaine. Je sais un havre sûr, une rive sereine Où tout notre passé nous adviendra vivant ; Cette invisible Main qui protège nos têtes Par des chemins divers dans une seule... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2019

Charles Cros (1842 – 1888) : A des amants

  A des amants     Aimez-vous, soyez beaux, puisque vous le pouvez,                               Malgré les haines. Oubliez, entre deux baisers, les réprouvés,                               Les morts prochaines.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2019

Christine de Pisan (1361 – 1430 ?) : « Apprenez-moi, doux ami... »

  Apprenez-moi, doux ami, S’il est vrai ce que j’ois dire, Que d’ici la Saint Remy Devait aller en l’Empire, En Allemagne bien loin Demeurer, comme j’entends, Quatre mois ou trois du moins ? Hélas ! que j’aurai mautemps !   Ne pourrait jour ni demi Sans vous voir rien me suffire Et quand vous serez de mi Eloigné, quel dur martyre ! De mourir me fut besoin Mieux que le mal que j’attends ; Ronger me faudra mon frein. Hélas ! que j’aurai mautemps !   Mon cour partira... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 mars 2019

Jean – Paul Guibbert (1942 -) : « Nous avancions... »

  Nous avancions, la parque noire nous guidait entre les sites pauvres des images, passée la grille qui fut fermée derrière nous comme au soir, sur les demeures larges de la mort.   L’ombre que nous jetions est fidèle et fragile et cet intime espoir éclaire notre marche.   Ici sur le linteau, la place d’une main dont les gestes ont tracé le salut, le signe sobre de l’adieu.   Nous passerons ainsi du temple de la voix au temple du silence et rien jamais plus ne pourra briser l’idée errante qui... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 mars 2019

Yaïr Hurwitz (1941 – 1988) / יאיר הורביץ : « L’image du malheur à ma fenêtre... »

  L’image du malheur à ma fenêtre. Aussi quand je sors, l’image m’accompagne. Je m’imagine en arbre. Il me plaît de ressembler à un arbre grandissant qui fait pousser des feuilles, donne des fruits qui accomplissent la promesse de la terre. Mais à vrai dire je ressemble plutôt à un champ qui, à l’heure du désir se remplit de fleurs, et quand une pensée le croise comme un vent passager, les arbres approfondissent les racines jusqu’aux bas-fonds .Et entre nous soit dit, quand l’image du malheur est à ma... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2019

La Bible : Le livre de consolation

  Le livre de consolation   I Consolez ma nation, consolez-la, dit Dieu, Parlez au coeur de Jérusalem, criez-lui Qu’est fini son servage et acquitté son crime,                Qu’elle a payé double rançon.   La voix crie : Tracez au désert l’allée de Dieu, Préparez-lui sa chaussée à travers la steppe, Comblez le précipice et rasez la montagne,                Sa... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mars 2019

Henri Droguet (1944 -) : Sans paroles

  Sans paroles   C’est un soir un autre le cri comme de l’or des ruelles à flaques le ciel feuillu pierraille l’étoile buissonnière les vaisseaux vagues blancs le vent inévitable il pioche aveugle    il pioche il défouit défouit il ricoche écorche fouette fou les lampes il grouille aux lessives le vent c’est                     du vent un chien mâchonne soudain la lumière s’enflamme aux placards ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :