09 mars 2019

Vera Linhartova (1938 -) : « Les années s’allient ... »

  Les  années  s’allient  et  s’annulent     L’instant      à   la réflexion     peut toujours revenir sur ses pas   tandis que moi   je serai repartie  pour  d’autres  instants  tout aussi irréfléchis     Villes  entières     allées     rues  et  ponts ne s’écroulent point sous la gravité de ces départs   Les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2019

Gaston Chaissac (1910 – 1964) : Au pays de la calotte vinassouse

  Au pays de la calotte vinassouse             « La bombe atomique est une appellation assez contrôlée mais Religion est un bien                grand mot pour désigner la calotte vinassouse. » ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2019

Jorge de Sena (1919 – 1978) : Je sais le sel / Conheço o sal

  Je sais le sel   Je sais le sel de ta peau sèche depuis que l’été s’est fait hiver de la chair au repos dans la sueur nocturne.   Je sais le sel du lait que nous avons bu quand de nos bouches les lèvres se resserraient et que notre cœur battait dans notre sexe.   Je sais le sel de tes cheveux noirs ou blonds ou gris qui s’enroulent dans ce sommeil aux reflets bleutés.   Je sais le sel qui reste dans mes mains comme sur les plages reste le parfum quand la marée descendue se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 mars 2019

Nâzim Hikmet (1901 – 1963) : Lettres et poèmes (1942 – 1946)

  Lettres et poèmes (1942 – 1946)   I Ma seule au monde et tu me dis dans ta dernière lettre : « Ma tête éclate, mon cœur défaille, S’ils te pendent,                si je te perds                               j’en mourrai. »   Tu vivras, ma femme Mon souvenir comme une fumée... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2019

Gil Jouanard (1937 -) : « Fibres... »

    Fibres. Le bois descend dans ses artères, lente voix s’effaçant dans l’épaisseur des terres. Les nervures de chaque mot, et son squelette, sous le mécanisme du souffle. Brun tiède, telle, l’odeur se dicte sous la saignée des arbres dont l’écorce ne masque plus le rêve. Dans les cavernes du néocortex résonne à petit feu l’ « en avant » des premières flammes. Le bois, demeure repliée sur le cri contenu. Et dans la montagne lentement s’enfonce la chair savante du silence.   Revue « Poésie... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2019

Saint-Pol-Roux (1861 – 1940) : Pour dire aux funérailles des poètes

  Pour dire aux funérailles des poètes            ALLEZ BIEN DOUCEMENT, MESSIEURS LES FOSSOYEURS        Allez bien doucement, car ce cercueil n’est pas comme les autres en qui se trouve un bloc d’argile enlinceulé de langes, celui-ci recèle entre ses planches un trésor magnifique, un trésor que recouvrent deux ailes très blanches comme il s’en ouvre aux épaules fragiles des anges.            ALLEZ BIEN... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mars 2019

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин (1799 - 1837) : « Tout mais ne pas devenir fou ... »

  Tout mais ne pas devenir fou. Plutôt errer, plutôt les loups,             Les coups, la faim, le froid ; Non que je tienne à ma raison : Oh, quelle joie, quel abandon             Si j’oubliais son poids !   Fou, si l’on pouvait me laisser Libre, on me verrait m’élancer             Au fond des bois obscurs, Chantant dans un délire en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 23:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mars 2019

Marcabru (1110 -1150) : « A la fontaine du verger... » / « A la fontana del vergier... »

  A la fontaine du verger Où l'herbe est verte près du gravier A l'ombre d'un arbre fruitier,  Agrémenté des blanches fleurs Et de chants d’oiseaux printaniers Trouvai seul sans compagnon Celle qui ne voulait mon bonheur    Etait damoiselle au corps bel, Fille d'un seigneur de castel ; Et quand je pensais que l'oiseau Lui faisait joie et la verdure, Ainsi que le doux temps nouveau, Et qu'elle entendrait mon appel Tôt ferai ses pensers changer   Des yeux pleurait près la fontaine Et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 mars 2019

Yòrgos Sefèris / Γιώργος Σεφέρης (1900 - 1971) : Aveugle

  Aveugle   Le sommeil est lourd aux matins de décembre noir comme les eaux de l’ Achéron, sans rêves, sans mémoire, sans la moindre feuille de laurier. La veille entaille l’oubli comme la peau qu’on fouette et l’âme fourvoyée sortant des eaux brandit des débris de peintures des enfers, danseuse aux vaines castagnettes, qui titube talons meurtris par le lourd piétinement dans l’assemblée engloutie là-bas.   Le sommeil est lourd aux matins de décembre. Chaque année en décembre c’est pire. Parga* d’abord... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :