YBergeret_1_

 

La forêt l’attente

 

ECUSSONS D’IMPATIENCE

 

Irritante

 

vieille convoitise de la forêt et de ses mélèzes

 

                    cabrioler plus haut

                                        que le muet haut des cimes

                         et là les premiers toujours aux rênes du vent

 

                    plonger aussi plus bas que les racines

                      que le granit rouge ses veines de cristaux durs

                                                             sous les eaux du mont

 

                    les éboulis gris de fin d’automne

                                             les inciter à l’émeute

 

          avant tout

     avant tout déguster ce ciel

ANTRE HUMIDE

 

           Forêt tiède

     dans son odeur, ce corps

 

       le chemin    son jour

le chemin ici se baisse sous les mélèzes

               paupières

     seuls sourds déboires de la lumière

        

          méticuleuse l’humide

                  voûte rase

                     l’eau prémice     en selle partout

 

                              tel qu’on le sent entre ses branches

                                             lac dans le ciel

  

                                   le boirait -elle

 

DE NUIT

 

     Ailes rouges dans la nuit

sur son chemin court

     sombre poursuite

               la forêt

 

     sombre chasse aux peu sûrs

 

               humus

                              où donner de la tête

          le sol en vadrouille

 

                    ses yeux, tirailleurs sous la lune

     palinodies de vieilles fiertés à vau-l’eau sous les taillis

 

marraine croqueuse des causes perdues de la forêt nocturne

                 indéfendable manoir

 

                          ou bien alors imprenable fouillis des parias.

 

*

Triomphe entier de la nuit

     et de ses grands oiseaux anguleux sous son feu

 

resté seul vrai fidèle au territoire de la forêt

          le chemin muet fonce

 

la vorace, la nuit nous surplombe

     ses sbires tanguent tout proches

                    est-ce nous qu’elle veut ravir

 

peu s’en faut qu’elle n’agrippe déjà les trop sensibles

                    elle nous fomente le diable seul sait quoi

 

                                   peut-être l’enlèvement du ciel

 

*

Serrons les rangs

     c’est de longues douleurs dans le ciel

                    de longues douleurs qu’elle nous fomente

 

pour nous à la lisière du ciel

          des treuils d’au-delà     de mort

 

          des griffons sombres

                    muettes caustiques sentinelles

                                             qui nous emmurent


                              je nous sens prêts de dépérir

                                        notre vie fuit par le chemin bas

                              le ciel se ferme    terre basse

                                        sombre rainure dans le corps

 

*

     De golfe gris en autre golfe

          nous voilà déjà embarqués au gré du soir

 

forêt de mélèzes     terre sombre  mer  proche

                                             la mort

                                                       chaland tiède

 

     clairière dans le ciel   est-ce la dernière

                         délicieuse disette

               lune frondeuse au bord d’une côte boisée

 

     on voit les bois se presser tous à la baie :

                           « que l’eau nous lave »     

 

*

Nous voilà le cap sur un isthme très bas sous le vent

 

               pour là,  toute forêt couchée

                                   rompre la terre distendue

                    lever     lever cette housse de tristesse

 

                         faire brousse rebelle de tout bois

                          abreuver l’eau si seule de la mer

 

*

La lumière restait si haut

          la buvaient  les mélèzes

 

          silence     les yeux clos

                                                  main de velours

 

on disait la mer retirée     aubaine semblait-il libre

               le gîte du ciel comme four ouvert

 

          silence     les passions mourraient

               tourbe basse éclipsée sous le jour

 

                    indocile aubaine

 

In, « Cahier de poésie 3 »

Editions Gallimard, 1980

Du même auteur : « Nous allons de toi à moi… » (18/02/2016)