Charles_Cros_1_

 

A des amants

 

 

Aimez-vous, soyez beaux, puisque vous le pouvez,

                              Malgré les haines.

Oubliez, entre deux baisers, les réprouvés,

                              Les morts prochaines.

 

Courez les bois, mangez les mûres et cueillez

                              Les fleurs des crêtes

Sous l’herbe ; ornez de leurs pétales effeuillées

                              Vos belles têtes.

 

Ou bien allez dans les théâtres, sous le gaz,

                              Aux bonnes places,

Sans écouter le drame « hélas ! ma mère hélas ! »

                              Prendre des glaces.

 

Etonnez, indignez tout le monde pervers,

                             Que vous importe ?

Puisque le vent tandis que je vous fais ces vers,

                              Vous les apporte.

 

Toi, mon cher, aime-la, regarde-la, répands

                              Sur mille toiles

Son portrait, en des tons pris des peaux de serpents

                              Et des étoiles.

 

Et, vous, que je revois quand je ferme les yeux,

                              Vivez heureuse,

Sans vous inquiéter du tombeau pluvieux

                              Que je me creuse.

 

 

Journal « Les Hydropathes, N°20 », Octobre 1879

Du même auteur :

Nocturne (16/06/2015)

Matin (16/08/2016)