18 février 2019

Théodore Agrippa d’Aubigné (1552 – 1630) : « Les rois, qui sont du peuple... »

  Les rois, qui sont du peuple et les rois et les pères Du troupeau domestique sont les loups sanguinaires ; Ils sont l’ire allumée et les verges de Dieu, La crainte des vivants ; ils succèdent au lieu Des héritiers des morts ; ravisseurs de pucelles, Adultères, souillant les couches des plus belles Des maris assommés, ou bannis pour leur bien, Ils courent sans repos, et quand ils n’ont plus rien Pour souler l’avarice, ils cherchent autre sorte Qui contente l’esprit d’une ordure plus forte. Les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

17 février 2019

Samih al-Qâssim (1939 – 2014) /سميح القاسم : Au vingtième siècle

  Au vingtième siècle   J’ai appris à ne pas haïr des siècles durant mais on m’a obligé à brandir une flèche permanente à la face du python à brandir une épée de feu à la face du Baal dément à devenir l’Elie du vingtième siècle j’ai appris des siècles durant à ne pas proférer d’hérésies aujourd’hui je cingle les dieux qui étaient dans mon cœur les dieux qui ont vendu mon peuple au vingtième siècle j’ai appris des siècles durant à ne pas fermer ma porte devant les hôtes mais un jour j’ai ouvert les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2019

Hatim al-Tai (? - 528) /حاتم بن عبد الله بن سعد الطائي : Tel je suis

  Tel je suis   Ô Mawia, les biens de ce monde accordés passent ainsi que des voyageurs attardés, arrivent le matin et nous quittent le soir ; ne restent que leur souvenir dans les veillées.   Ô Mawia, le mendiant qui vient implorer notre secours, jamais nous ne lui répondons : Va ton chemin, nous sommes vraiment trop pauvres pour te donner parcelle de notre bien.   Ô Mawia, quand après ma mort la chouette ira voleter tout autour de mon tombeau, assoiffé sous la terre, aurai-je auprès de... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 février 2019

Jan Erik Vold (1939 -) : Le poème des flocons de neige

  Le poème des flocons de neige   Rien ne vient de rien, comme quand un ruisseau devient   une rivière qui se jette dans l’océan, d’où   l’eau monte en vapeur, tombe en flocons   de neige et redevient ruisseau rivière océan, tu sais – de   rien en rien, comme si rien ne s’était passé.   Traduit du norvégien par Jacques Outin in, «La Norvège est plus petite qu’on ne le pense »  Le Castor Astral éditeur, 1991
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 février 2019

Yorgos Markopoulos / Γιώργος Μαρκόπουλος (1951 -) : « Mer en hiver... »

  Mer en hiver délaissée des humains.   Asseyons-nous là un instant, bien sages. Comme dans l’enfance à la fête de l’école. Comme les invités dans la cour aux fiançailles de grand-mère, un dimanche de juin 1930. Comme les deux étrangers à la gare de Corinthe avant de s’aimer derrière des caisses de bière vides et le phono abandonné, sans se rendre compte, une demi-heure avant leurs trains, et disparaître à jamais.   Mer en hiver délaissée des humains.   Nous qui avons tant souhaité la sérénité, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2019

Bernart de Ventadorn (1125 – 1200) : « Quand l'herbe fraîche... / « Can l'erba fresch'... »

       Quand l'herbe fraîche et la feuille naissent       Et la fleur bourgeonne au verger      Et le rossignol haut et clair       Lève sa voix et moud son chant  Joie ai de lui et joie ai de la fleur  Et joie de moi, de ma dame plus encore ; De toutes parts suis de joie clé et sens. Hélas d’elle est joie d’où toutes autres joies viennent.           Hélas comme meurs... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 février 2019

Nathan Zach (1930 -) / נתן זך : « Parfois très tard dans la nuit... »

  Parfois très tard dans la nuit je me mets à jouer. Que faut-il de plus à l’homme. Il a besoin de si peu  pour survivre   ici-bas, sans parler de mondes meilleurs, qui l’attendent peut-être dans un avenir caché. Sûrement, si peu. Mes mains exercées   glissent sur les touches et je joue. Oh, si je savais jouer. Mais on peut ainsi. Je n’ai pas la jalousie de Saül. Il faut si peu à l’homme pour retrouver la paix   nocturne cette nuit. Tu sembles presque sauvé, pour vivre ici de même, dans ce... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 février 2019

Georges Schehadé (1905 – 1989) : « Ils ne savent pas...

  Charles Lucet   Ils ne savent pas qu’ils ne vont plus revoir Les vergers d’exil et les plages familières Les étoiles qui voyagent avec des jambes de sel Quand la nuit est triste de plusieurs beautés   Ils oublient qu’ils ne vont plus entendre Le vent de la grille et le chien des images L’eau qui dort sur la couleur des pierres La nuit avec des violons de pluies   Tant de magie pour rien! Si ce n’était ce souvenir d’un autre monde Avec des oiseaux de chair dans la prairie Avec des montagnes... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2019

Octavio Paz (1914 – 1998) : « Même si la neige tombe...

  Même si la neige tombe en grappes mûres Personne ne secoue de branches là-haut L’arbre de la lumière ne donne pas de fruits de neige Il n’y a pas de semailles de neige Il n’y a pas d’oranges de neige il n’y a pas d’œillets Il n’y a ni comètes ni soleils de neige Si même elle vole il n’y a pas d’oiseaux de neige   Dans la paume du soleil elle brille un instant et tombe A peine a-t-elle un corps à peine un poids un nom Et déjà elle couvre tout de son corps de neige De son poids de lumière et de son nom sans... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 février 2019

Sengaku / 仙覚 (1203 – 1273) : « Comme écartant du pied... »

  Comme écartant du pied ce qui fut sans un regard en arrière l’année s’en va.   Traduit du japonais par Roger Munier in, « Haikus des quatre saisons » Editions du Seuil, 2010
Posté par bernard22 à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :