antonio_ramos_rosa_1_

 

La maison

 

Un souffle apaisé dans la pénombre de bois.

La maison s’est endormie, elle vit dans une tranquille pulsation.

J’entends le martèlement léger des touches de l’ombre.

Un plat en cuivre brille vertical dans l’obscurité.

La table est ronde, claire, cercle de l’harmonie.

Sur un mur glissent de scintillantes arabesques.

Le temps secrète des syllabes d’argile et d’écume.

 

Traduit du portugais par Michel Chandeigne

in « Les poètes de la Méditerranée. Anthologie »

Editions Gallimard (Poésie), 2010

Du même auteur :

La femme dilacérée / A mulher dilacerada (02/09/2014)

 Une voix / Uma voz (02/09/2015)

Quand la lumière s’efface… / Quando a luz se apaga (02/09/2016)

Un homme obscur dans une ville lumineuse /Um homem obscuro numa cidade luminosa (02/09/2017)

 

 

A casa

 

Um sossegado alento na penumbra de madeira.

A casa adormeceu e está viva numa tranquila pulsação.

Oiço um leve martelar de teclas de sombra.

Um prato de cobre brilha vericalmente na obscuridade.

A mesa é redonda e limpa como um circulo de harmonia.

Numa parede flutuam arabescos cintilantes.

O tempo segrega silabas de argila e espuma.

Poème précédent en portugais :

Fernando Pessoa : « Parfois, en certains jours de lumière ... » / « Às vezes, em dias de luz... » (20/06/2018)

 

 Poème suivant en portugais :

 

Jorge de Sena : Je sais le sel / Conheço o sal (07/03/2019)