hqdefault_1_

 

 

          Quand naissent l'herbe fraîche et la feuille,

          Et que la fleur boutonne au verger,

          Et que le rossignol haut et clair 

          Elève la voix et moud son chant,

Quelle joie j’ai de lui, et joie de la fleur 

Et joie de moi - même et grand’ joie de ma dame,

De toute part je sens la joie qui m’entoure,

Mais de toutes joies la plus grande vient d’elle.

          Hélas, comme je meurs de souci !

    

          Et tant je suis de soucis couvert

          Que larrons me pourraient enlever

          Sans que me doute de ce qu’ils font.

Par Dieu, amour, tu me trouves bien esclave,

Avec peu d'amis et toi pour seul seigneur. 

Pourquoi ne pas forcer le cœur de ma dame 

 Avant que de la désirer je ne meure ?

 

          Merveille est pour moi de pouvoir vivre

          Sans lui découvrir un tel amour.

          Quand je vois la belle qui m’est chère, 

          Ses yeux si beaux dans son beau visage,

Il s’en faut de peu qu’à elle je ne coure.

Le ferais si n’étais retenu par peur 

Car onc ne futs corps mieux paré pour l’amour

Qui se montrât plus lent à prendre ses flammes. 

 

          Tant j’aime ma dame et la tiens chère 

          Comme tant la redoute et la crains

          Qu’onc je n’osais de moi lui parler

          Ni lui faire message ou requête. 

Pourtant elle sait mon mal et mon chagrin, 

Et quand il lui plaît, m’honore de faveur, 

Et quand il lui plaît, de si peu me contente

Car en rien je ne veux qu’un blâme l’atteigne.

 

          Si je savais enchanter les gens,

          Changer mes ennemis en enfants

          Dont on ne saurait tirer pouvoir

          Ni parler qui nous fissent dommage,

Lors je sais que je verrais la douce femme

Avec ses beaux yeux et sa fraîche couleur,

Et baiserais sa bouche en mille manières

Tant que d’un mois n’en disparaîtrait la trace.

 


          Bien la voudrais trouver toute seule,

          Qui dormirait ou feindrait sommeil,

          Pour lui ravir le tendre baiser, 

          Que jamais n’osai lui demander. 

Par Dieu, dame, nous fîmes peu cas d’amour ;

Le temps s’en va et nous perdons le meilleur.

A sens couvert nous devrions nous parler 

Et pour tromper l’audace tromper les gens.

 

          On devrait bien la dame blâmer

          Qui veut trop son ami lanterner.

          Belles paroles d’amour mais vaines,

          Font grand ennui et fausse figure.

Qui aime ici, ailleurs ne fait que le feindre,

Tel pour mentir cherche absence de témoin.

Mais moi, dame bonne, si jamais tu m’aimes,

D’aucun mensonge n’auras à me reprendre.

Va mess ager, et n’en prise pas moins

Si pour prier ma mie de toi j’ai besoin.

 

Traduit de l’occitan par Georges Ribemont-Dessaignes

In, « Les Troubadours »

Librairie de l’Université de Fribourg / Egloff, 1946

 

 

Du même auteur :« Quand voie l’alouette mouvoir... » / « Quan vei la lauzeta mover... » (13/02/2020)

 

 

Can l'erba fresch' e.lh folha par 

     E la flors boton' el verjan , 

     El rossinhols autet e clar 

     Leva sa votz e mou so chan, 

Joi ai de lui, e joi ai de la flor 

E joi de me e de midons major! 

Daus totas partz sui de joi claus e sens, 

Mas sel es jois que totz autres jois vens. 

 

     Ai las com mor de cossirar 

     Que manhtas vetz en cossir tan : 

     Lairo m'en poirian portar, 

     Que re no sabria que.s fan . 

Per Deu, Amors be.m trobas vensedor: 

Ab paucs d'amics e ses autre senhor. 

Car una vetz tan midons no destrens 

Abans qu'eu fos del dezirer estens 

 

     Meravilh me com posc durar 

     Que no.lh demostre mo talan. 

     Can eu vei midons ni l'esgar, 

     Li seu bel olh tan be l'estan: 

Per pauc me tenh car eu vas leis no cor. 

Si feira eu, si no fos per paor, 

C'anc no vi cors melhs talhatz ni depens 

Ad ops d'amar sia tan greus ni lens . 

 

     Tan am midons e la tenh car, 

     E tan la dopt' e la reblan 

     C'anc de me no.lh auzei parlar, 

     Ni re no.lh quer ni re no.lh man. 

Pero elh sap mo mal e ma dolor, 

E can li plai, mi fai ben et onor, 

E can li plai, eu m'en sofert ab mens, 

Per so c'a leis no.n avenha blastens. 

 

     S'eu saubes la gen enchantar, 

     Mei enemic foran efan, 

     Que ja us no saubra triar 

     Ni dir re que.ns tornes a dan. 

Adoncs sai eu que vira la gensor 

E sos bels olhs e sa frescha color, 

E baizera.lh la bocha en totz sens, 

Si que d'un mes i paregra lo sens. 

 

     Be la volgra sola trobar, 

     Que dormis, o.n fezes semblan, 

     Per qu'e.lh embles un doutz baizar, 

     Pus no valh tan qu'eu lo.lh deman. 

Per Deu, domna, pauc esplecham d'amor! 

Vai s'en lo tems, e perdem lo melhor 

Parlar degram ab cubertz entresens, 

E, pus no.ns val arditz,valgues nos gens 

 

     Be deuri'om domna blasmar, 

     Can trop vai son amic tarzan, 

     Que lonja paraula d'amar 

     Es grans enois e par d'enjan, 

C'amar pot om e far semblan alhor, 

E gen mentir lai on non a autor. 

Bona domna, ab sol c'amar mi dens, 

Ja per mentir eu no serai atens . 

 

Messatger, vai, e no m'en prezes mens, 

S'eu del anar vas midons sui temens.

 

Poème précédent en occitan :

Beatriz, Comtessa de Dia : « Grande peine m’est advenue… » / « Estat ai en greu cossirier » (18/08/2014)

 Poème suivant en occitan :

Marcabru : « A la fontaine du verger... » / « A la fontana del vergier... » (02/03/2019)