paz_portrait_1_

 

La fille et le printemps

 

     Sur sa tige de chaleur se balance

     La saison indécise

                                        Là-bas

     Un grand désir de voyage agite

     Les entrailles glacées du lac

     Des reflets chassent là-haut

     La rive offre des gants de mousse à ta blancheur

     La lumière boit la lumière dans ta bouche

     Mon corps s’ouvre comme un regard

     Comme une fleur au soleil d’un regard

     Tu t’ouvres

                              Beauté sans appui

     Un clignement

     Tout se précipite dans un œil sans fond

                                        Un clignement

     Tout reparait dans le même œil

                                        Le monde brille

     Tu resplendis à la limite de l’eau et de la lumière

     Tu es le beau masque du jour.

 

 

Traduit de l’espagnol par Jean-Clémence Lambert

in, Octavio Paz : « Liberté sur parole »

Editions Gallimard, 1966

Du même auteur :

L’avant du commencement /Antes del Comienzo (17/01/2015)

Pierres de soleil / Piedra de sol (17/02/2016)

Hymne parmi les ruines / Himno entre ruinas (10/02/2017)

Source (10/02/2018)

Elégie ininterrompue / Elegía interrumpida (10/02/2020)

 

Primavera y muchacha

 

En su tallo de calor se balancea

La estación indecisa

                                   Abajo

 Un gran deseo de viaje remueve

 Las entrañas heladas del lago

 Cacerías de reflejos allá arriba

 La ribera ofrece guantes de musgo a tu blancura

 La luz bebe luz en tu boca

 Tu cuerpo se abre como una mirada

 Como una flor al sol de una mirada

 Te abres

           Belleza sin apoyo

 Basta un parpadeo

 Todo se precipita en un ojo sin fondo

                                 Basta un parpadeo

 Todo reaparece en el mismo ojo

                                         Brilla el mundo

 Tú resplandeces al filo del agua y de la luz

Eres la Hermosa máscara del día  

 

 

Libertad bajo palabra

 FCE,Mexico, 1960

 

Poème précédent en espagnol :

 Felix Grande : « S’asseoir ici ... » / « Sentarse aquí ... » (20/01/2019)

Poème suivant en espagnol :

José Hierro: « J’aimerais, ce soir... / Quisiera esta tarde... » (25/04/2019)