0_2_

 

La mer mauvaise

 

J’aime entendre la pluie tomber sur la campagne,

Le tonnerre lointain, le silence mouillé.

 

 

J’aime entendre la nuit vivre endormie ;
                                                          

                                                                la porte

Gémir contre l’étable

                                    où bougent encor, sous

Les toiles d’araignées, de vieilles peurs mal mortes ;

Et l’écho des sabots de chevaux disparus.

 

 

J’aime entendre le vent quand se heurtent les arbres

Dans la hauteur du ciel ;

                                        la marche des nuages ;

L’appel d’une âme en peine auquel un chien répond ;

 

 

Et, plus que tout, battre la coque, à grands coups sourds,

Grondante de tous ses abîmes, la mer mauvaise.

 

Hivernage

Collection Sud, Marseille, 1978

Du même auteur :

Attentes (24/06/2015)

« J’ai la nostalgie d’une plaine d’herbes... » (24/06/2016)

Pluie (30/10/2017)