260px_Jacques_Roubaud_Salon_du_Livre_2010__1__1_

 

nuit                                                            [GO 15]

 

les raisins s’écrasaient sur la route bleue

grappes guêpes et froissées sous les pieds nus

contre le soir de groseille qui venue

qui ? la nuit jaillissant et son bec de freux

m’attendait sous les cyprès de la colline

éclaboussée de sang violet aux genoux

qui ? la nuit de côté rouge dans le cou

la nuit salivait à la hanche des vignes

elle me couchait sur son cœur battant noir

moi la bouche emportée du piment des courses

elle m’allongeait jonc sur ses reins de nard

et me griffait de ses givres de ses ourses

les lumières montaient avec mille points

rouges dans mes yeux vert insoluble loin !

 

,

Editions Gallimard, 1967

Du même auteur :

  « Puisque je pense… »  (05/12/2014)  

 « Lettre à Maria Gisborne » (05/12/2015)

 « église des pins… » (05/12/2016)

Un jour de juin (05/12/2017)