7814_1405285724_1_

 

Les filles des gobes

 

Dans un de ces jours-là qui sont pâles et gris

Comme les flancs humides de la craie

Dans le jour gris d’une marée de novembre

Qui attire très loin le bord bruissant de l’eau

Un homme inquiet regarde le ciel noir

Entre les découpures de la crête de marne

Au-dessus de la crête le ciel sombre où passent

Des voiliers d’oies sauvages en route vers le sud. 

 

Il faut descendre encore un peu parmi les éboulis

Aller sur le chemin des ramasseurs d’épaves

De l’autre côté d’un tas rocheux où le pied glisse

Passer un cailloutis où des charognes pourrissent

Pour la joie des crabes verts à marée haute

Là-bas se trouve une grève secrète

Murée de blocs précipités jadis

Solitaire entre toutes les plages de ce rivage désolé.

 

Nous vîmes là dans un matin de fin d’automne

Trois filles de la mer qui dansaient tristement

Pâles aussi couronnées de varech

Nues comme la craie soumise à l’érosion.

 

Leurs cheveux ondulaient sur leurs épaules maigres

Comme les laminaires flottant aux creux des Haumes

Leurs ventres plats remuaient des croûtes de sable

Avec des mousses marines rouges et roses.

 

La plus belle portait un long collier d’or

Toutes trois apportaient le grand froid de la mort.

 

Trois filles nues battues du vent du nord

Le sel brillait au bout de leurs menus seins gris

Leurs pieds dans l’eau faisaient un clapotis

Monotone. Et la mort habitait leurs yeux clairs.

 

Froides filles accrues aux trous de la falaise

En quelque vieux nid de pygargue

Elles se paissent de moules crues et d’algues

Pêchées à mer basse

L’iode seul court dans leurs veines.

 

Quand le vent chasse la brume du matin

Déroulée comme un suaire en lisière du ciel

Quand le vent du nord hérisse de glaçons

Les rets blonds des parcs qui sèchent sur les pieux

Les filles des falaises sortent de leurs cavernes

Dans un tourbillon de plumes blanches.

 

Aux cris des guillemots et des grèbes

Les filles des falaises dansent devant les gobes.

1935

 

L’Age de craie, suivi de Hedera

Editions Gallimard, 1961

Du même auteur :

Le pays froid (16/06/2014)

Somewhere in the world (26/06/2015)

Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie (11/11/2017)