auteur_460_1_

 

Terrible est le visage du temps

tapi en toi

dans un détour de l’être

et qui attend, prêt à surgir.

 

Cette lumière oscillante, ancrée

en toi comme un dard,

immobile, et qui veille.

 

Peut-être le chant avant toute

humaine parole est-il cette lueur

qui soudain glisse

sur un fil d’ombre.

 

Et ce visage inconnu tu le reconnaîtras

comme tien au moment du passage

et du renoncement.

 

Syllabes de sable,

Editions Gallimard, 1996