Aimer          Mourir

dobzynski_1_

Aimer          Mourir

 

Longtemps          longtemps

          je fus latent dans l’émeraude

                    d’aimer          mourir

                    lesté

de trop de lèvres

                              nourri

de trop de voix entre les feuilles

                              Effroi

de lanternes

                         Lenteurs

de phosphores cerclant la soif

Incendie aux yeux crevés

          ignorant le braille du feu

 

Troqué               tronqué

fuyant dans l’arc

                         l’ultra-violet

                                             l’averse

d’un dédoublement de la vie

Quel est cet autre

                              qui me traverse

me trahit par transparence

                                             fait le vide

détache mon corps

                              de l’aubier des embrasements ?

 

Métallisé dans mes sources

                                             mes secousses

je crie au secours

                              Je me vole

                                                  ce que je suis

Ma suie laisse une empreinte

                                                  qui me ment

 

Mon sexe

               scintille à l’embrasure

d’une nuit sans peau

qui repousse sous mes paupières                  

                                                       Panique

     d’opacités

                         je palpe

                         l’insondable qui me découpe

L’ossature sans suite

                                   de mon passé

                                                       Mes pas

en pointillé dans d’autres pas

 

Eteint je me tais

                         dans les pores

des peurs et des paumes

          de tant d’impossible qui tend

                    sa corde à mon cou

Je troue une ombre qui me cloue

Je hais

          ce corps éclos

                                   secret dans mon corps

 

Eau rêche

               qui m’entraîne au for de la terre

Je fore un puits qui se referme

               plus noir sur l’attente

                                                  luttant

à coups de veines et de lèvres

                                                  contre

mon sang décalque          mon visage

                                                            contrefaçon

Plante que rien n’apaise

                                        griffes

de qui m’emporte à sa merci

Un morceau de mon corps se greffe

                                                            sur l’avenir

l’autre pourri déjà sans rêve

          dans mes hiers          mes fondrières

          Pierre

                    où l’or palpite

que pour appauvrir la lumière

 

Je hais

          ce suif et ces plis

          cet autre tenace          sans bouche

                    sans langue       sans loi

qui m’ampute

                         de toi

                                   qui m’effrange

                                                       me rend étranger

enveloppé dans ma blessure

                                            seul

                                                       à fendre oubli

 

Dans ma faiblesse

à pic la plaie

                         où fondent

les plombs de mes nuits

                                        en creux

pour le soleil et pour le nacre

                                                  de l’instant

                                                  que tu combles

Je brûle à vue d’œil

                                   dans tes combes

                                                  dans tes douves

Dévalant l’air

                         de ta douceur

                                   comme un corbeau mort

Mais la mémoire

                              du moi qui tombe

                                                            du moi qui naît

de la marée

                    corail

                              de toi

                                        n’est rien qu’un corps

qui se délivre

                    muant la chair                dénouant

                    l’anneau du néant

dans son brisement d’une rive

                                                  à l’autre de nous

                    une durée lourde.

 

 

Arbre d’identité

Editions Rougerie, 1976

Du même auteur :

Mère (12/08/2014)

Hors-saison (12/09/2015

Je dois réponse à tout (12/09/2016)

Mais si… (12/09/2018)