dinocampana_1_

 

La Chimère

 

Ne sait si entre les roches ton pâle

Visage m’apparut, ou sourire

De lointains ignorés

Tu fus, la pente éburnéenne

Du front flamboyant ou jeune

Sœur de la Joconde :

Ou des printemps

Eteints, par tes mythiques pâleurs

Ou Reine ô Reine adolescente :

Mais par ton poème ignoré

De volupté et de douleur

Musique enfin exsangue,

Marqué de lignes de sang

Au cercle des lèvres sinueuses,

Reine de la Mélodie :

Mais par le front virginal

Incliné, moi poète nocturne

Je veillai les étoiles vives dans les abysses du ciel,

Moi par ton doux mystère

Moi pour ton devenir taciturne.

Ne sais si la flamme pâle

Fut des cheveux le vivant

Signe de sa pâleur,

Je ne sais si ce fut une douce vapeur,

Douce sur ma douleur,

Sourire d’une figure nocturne :

Je regarde les blanches roches les muettes sources des vents

Et l’immobilité des firmaments

Et les ruisseaux gonflés qui vont pleurant

Et les ombres du labeur humain courbées là sur les glacés versants

Et encore par de tendres ciels lointains claires ombres courant

Et encore je t’appelle je t’appelle Chimère.

 

Traduit de l’italien par Irène Gayraud et Christophe Mileschi

In, Dino Campana : « Chants orphiques et autres poèmes »,

édition bilingue.

Editions Points, 2016

 

Du même auteur :

Gênes / Genova (20/08/2017)

Poésie facie / Poesia facile (20/08/2019)

 

 

La Chimera

 

Non so se tra roccie il tuo pallido

Viso m'apparve, o sorriso

Di lontananze ignote

Fosti, la china eburnea

Fronte fulgente o giovine

Suora de la Gioconda :

O delle primavere

Spente, per i tuoi mitici pallori

O Regina o Regina adolescente :

Ma per il tuo ignoto poema

Di voluttà e di dolore

Musica fanciulla esangue,

Segnato di linea di sangue

Nel cerchio delle labbra sinuose,

Regina de la melodia :

Ma per il vergine capo

Reclino, io poeta notturno

Vegliai le stelle vivide nei pelaghi del cielo,

Io per il tuo dolce mistero

Io per il tuo divenir taciturno.

Non so se la fiamma pallida

Fu dei capelli il vivente

Segno del suo pallore,

Non so se fu un dolce vapore,

Dolce sul mio dolore,

Sorriso di un volto notturno :

Guardo le bianche rocce le mute fonti dei venti

E l'immobilità dei firmamenti

E i gonfii rivi che vanno piangenti

E l'ombre del lavoro umano curve là sui poggi algenti

E ancora per teneri cieli lontane chiare ombre correnti

E ancora ti chiamo ti chiamo Chimera.

 

 

Canti Orfici,

Tipografia F. Ravagli, 1914

Poème précédent en italien :

Giuseppe Ungaretti : Vanité/ Vanità (13/05/2018)

Poème suivant en italien :

Alfonso Gatto : Mots / Parole (27/08/2018)