0891_1_

 

Quand, par un jour de pluie, un oiseau de passage

Jette au hasard un cri dans un chemin perdu,

Au fond des bois fleuris, dans son nid de feuillage,

Le rossignol pensif a parfois répondu.

 

Ainsi fut mon appel de votre âme entendu,

Et vous me répondez dans notre cher langage.

Ce charme triste et doux, tant aimé d’un autre âge,

Ce pur toucher du cœur, vous me l’avez rendu.

 

Était-ce donc bien vous ? Si bonne et si jolie,

Vous parlez de regrets et de mélancolie.

— Et moi peut-être aussi, j’avais un cœur blessé.

 

Aimer n’importe quoi, c’est un peu de folie.

Qui nous rapportera le bouquet d’Ophélie

De la rive inconnue où les flots l’ont laissé ?

1843

 

Poésies Nouvelles, 1836 -1852

Librairie Charpentier, 1852

Du même auteur :

La nuit de Mai (11/03/2015)

Venise (11/03/2016)

Derniers vers (18/08/2017)

Rappelle-toi (18/08/2019)