jouve_1_

 

 

jour d’été

 

quel tendre brouillard tremble

autour du fleuve temps

 

tant de soie déchirée

embue la soie du cœur

 

le cœur à vif au bout des doigts

tu sens ta perte avec les mains

tu promènes au grand jour

ce vide en toi comme un enfant

 

***

quel tendre brouillard tremble

autour du fleuve temps

 

 

ce monde est ce monde est

paix

 

 

la mort riant candide

 

(Derniers écrits 1974 – 1976)

Œuvre II

Editions du Mercure de France, 1987

Du même auteur :

Songe (14/08/2015)

Adieu (14/08/2016)

Eclairement (14/08/2017)

Pays d’Hélène (10/11/2019)