ob_edea57_mte5ntu2mze2nda1mjcwmdi3_1_

 

Bords de l’Arno

 

Le laurier-rose sur le mur

Vire au pourpre à la lueur de l’aube,

Mais l’ombre grise de la nuit

           S’étend encore sur Florence.

 

La rosée éclaire la colline,

Les bourgeons brillent tout là-haut,

Mais, ah ! les cigales ont fui

          Et leur chant attique a cessé.

 

A peine si les feuilles bougent

A la suave brise légère

Et, dans le vallon fleurant l’amandier,

          Chante un rossignol solitaire.

 

Le jour, bientôt, te fera taire,

Ô rossignol, poursuis ton chant d’amour !

Tandis que sur l’ombreux bocage

          Se brisent les flèches de la lune.

 

Bientôt, le matin filtrera

De vert vêtu, sur le silence des pelouses

Et lancera à l’amour apeuré

          Les traits blancs de l’aurore,

 

En se hissant à l’orient,

Terrassant la nuit qui frémit,

Sans souci que mon cœur soit heureux

          Ou que meure le rossignol.

 

Traduit de l’anglais par Bernard Delvaille

In, Oscar Wilde : « Œuvres »

Editions Gallimard (La Pléiade), 1996

Du même auteur : La ballade de la geôle de Reading / The ballad of Reading Gaol (11/08/2017)

 

 

By the Arno

 

 

The oleander on the wall

Grows crimson in the dawning light,

Though the grey shadows of the night

Lie yet on Florence like a pall.

 

The dew is bright upon the hill,

And bright the blossoms overhead,

But ah! the grasshoppers have fled,

The little Attic song is still.

 

Only the leaves are gently stirred

By the soft breathing of the gale, 

And in the almond-scented vale

The lonely nightingale is heard.

 

The day will make thee silent soon,

O nightingale sing on for love!

While yet upon the shadowy grove

Splinter the arrows of the moon.

 

Before across the silent lawn

In sea-green mist the morning steals,

And to love's frightened eyes reveals

The long white fingers of the dawn

 

Fast climbing up the eastern sky

To grasp and slay the shuddering night,

All careless of my heart's delight,

Or if the nightingale should die. 

 

Poème précédent en anglais :

Emily JaneBrontë  : « Autour de moi des tombes grises... / « I see around me tombstones grey…” (01/07/2018)