19868_bgr_B31w_NazihAbuAfa_220x500_1_

 

La porte de l’étable

 

Prenez la terre et ce qu’il y a dessus

et laissez-nous le nuage...

prenez les cieux et ce qu’il y a dessous

et laissez-nous le babil de l’oiseau

prenez le fruit et la branche la rumeur verte dans la feuille de la vie...

et laissez-nous l’ombre de l’arbre

prenez la maison le jardin la clôture les chandeliers de l’autel et la longe

de l’ânon

le rire du ruisseau et la chambre à coucher de la chèvre

prenez toute chose, toute chose...

et laissez-nous la porte de l’étable...

afin que nous y collions l’avis de décès de nos morts

 

 

Traduit de l’arabe par Saleh Diab

in, « Poésie syrienne contemporaine. Edition bilingue »

Le Castor Astral éditeur, 2018