bellay1_1_

 

D'un vanneur de blé aux vents

 

A vous, troupe légère,

Qui d'aile passagère

Par le monde volez,

Et d'un sifflant murmure

L'ombrageuse verdure

Doucement ébranlez :

 

 

J'offre ces violettes,

Ces lis et ces fleurettes,

Et ces roses ici,

Ces vermeillettes roses,

Tout fraîchement écloses,

Et ces oeillets aussi.

 

 

De votre douce haleine

Éventez cette plaine,

Éventez ce séjour,

Ce pendant que j'ahanne

A mon blé que je vanne

A la chaleur du jour.

 

 

Divers Jeux Rustiques

Frédéric Morel, l'Ancien, imprimeur, 1558

 

Du même auteur :

« Heureux qui comme Ulysse… » (09/08/2014)

« Déjà la nuit en son parc… » (09/08/2015)

« Las où est maintenant ce mépris de Fortune ? » (09/08/2016)

« J'aime la liberté… » (09/08/2017)