AVT_Laurice_Schehade_9515_1_

 

      Mon pays, comme en la laine des blanches brebis, je voudrais passer mes

mains en toi, t’étreindre plus cher qu’un homme, que l’homme le plus aimé,

pays d’olives et de pain, de mes origines et de la joie, puis morte trouver une

place dans le cimetière où jouent la chèvre et l’enfant quand les fleurs fêtent

leur naissance.

*

     J’ai mal de t’avoir quitté, mal de vivre, pays de mûriers, de vignes, de

ruisseaux secrets, semblances de Dieu, ma vallée heureuse. Morte j’irai à ta

recherche, dans un sac de pauvre, un peu de terre et d’eau, le pain de tes

promesses. Et l’on dira : cette femme au loin, il n’y a d’ombre nulle part pour

elle

 

Fleurs de chardon

GLM, 1955

Du même auteur : « Jardins d’orangers amers… » (01/08/2017)