saintdenysgarneau_1_

 

 

 

Il nous est arrivé des aventures du bout du monde

Quand on vient de loin ce n’est pas pour rester là

(Quand on vient de loin nécessairement

                                                          c’est pour s’en aller)

Nos regards sont fatigués s’être fauchés

                                                      par les mêmes arbres

Par la scie contre le ciel des mêmes arbres

Et nos bras de faucher toujours à la même place.

Nos pieds n’étaient plus là pour nous attacher

                                                                      dans la terre

Ils nous attiraient tout le corps pour des journées

                                                                 à perte de vue

 

Il nous est arrivé des départs impérieux

Depuis le premier jusqu’à n’en plus finir

A perte de vue dans l’horizon renouvelé

Qui n’est jamais que cet appel au loin

                                                        qui module le paysage

Ou cette barrière escarpée

Qui fouette la rage de notre curiosité

Et ramasse en nous de son poids

Le ressort de notre bond.

(Voyage au bout du monde)

 

Poésies complètes

Fides, 1949

Du même auteur :

Accompagnement (14/01/2015)

« Nous avons attendu de la douleur... » (30/05/2019)