AVT_Gaston_Puel_4816_1_

 

Ce matin, je dirai...

 

Ce matin, je dirai le simple bonheur d’un homme allongé au creux d’une

     barque

L’oblongue coquille d’un canot s’est refermée sur lui

Il dort C’est une amande La barque comme un lit épouse son sommeil

 

La mer digère l’eau en sa profondeur fauve

C’est un grand arbre d’eau d’algues et de ciel bleu

C’est une immense fleur à fleur de terre et d’eau

Et l’homme allongé au creux d’une barque s’adosse à son mystère

 

                              Il dort

                              L’air s’appuie sur sa face

                              La vague le soulève

 

                              Il naîtra d’un ressac

                              Du cri d’une mouette

 

                              Le regard apaisé

 

                              Les mains nouées

 

                              Les pieds joints

 

 

Ce chant entre deux Astres

Editions Les écrivains réunis - Armand Henneuse, Lyon, 1956

Du même auteur :

« J’habitais un corps lézardé… » (03/10/2015)

Puisque tu es venue… (26/05/2017)

« Puisque le soleil décline... » (16/12/2019)