Giuseppe_Ungaretti_1_1_

 

Vanité

 

Soudain

Tout haut plane

Au-dessus des décombres

La limpide stupeur

De l’immensité.

 

Et l’homme

Penché

Sur l’eau

Surprise

Par le soleil

Se découvre

N’être qu’une ombre

Bercée et

Doucement brisée.

 

Traduit de l’italien par Sicca Venier

in, « Poètes d’Italie, Anthologie »

Editions de La Table Ronde, 1999

Du même auteur :

Où la lumière / Dove la luce (20/11/2014)  

La Pitié / La Pietà (13/05/2016)

Les fleuves / I fiumi (13/05/2017)

 

Vanità

 

D’improvviso

è alto

sulle macerie

il limpido

stupore

dell’immensità

 

 

E l’uomo

curvato

sull’acqua

sorpresa

dal sole

si rinviene

un’ombra

Cullata e

piano

franta

 

Vallone, 19 agosto 1917 

Poème précédent en italien :

Cesare Pavese: La mort viendra et elle aura tes yeux / Verrà la morte e avrà i tuoi occhi (18/04/2018)