29 avril 2018

Joseph Brodsky / Иосиф Александрович Бродский (1940 – 1996) : Tu galoperas dans le crépuscule

  Tu galoperas dans le crépuscule   Tu galoperas dans le crépuscule par les collines froides, sans fin, le long des bois de bouleaux qui fuient dans la nuit                               vers les maisons triangulaires, le long des ravins déserts, sur l’herbe gelée, ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2018

Alain Mabanckou (1966 -) : « j’emprunte à l’oiseau… »

  j’emprunte à l’oiseau l’incertitude du prochain buisson   je ne sais quel temps il fera de l’autre côté de la migration mais le monde s’ouvre à moi riche de carrefours   que l’envol me porte me porte encore loin de la clameur loin de la basse-cour loin des coqs dressés pour le combat   ne pas changer de nom d’embranchement rester homme jusqu’au bout tant que les arbres s’enracineront à la terre   In, « Anthologie carnavalesque 2007 » Aspects éditions, 54000 Nancy, 2007 Du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2018

Pablo García Baena (1923 -) : Enfant de chœur

  Enfant de chœur   Il baisa en l’enlevant le céleste manteau ; le rochet à dentelles et amidons, frivole et sensoriel comme un jupon, fut béatement plié sur le porte-serviettes. Le cordon une fois dénoué, la soutane noire à boutonnière carminée tomba à ses pieds comme une bannière vaincue. Et glissait une ancienne odeur de salve, de mois de mai, de motets angéliques de ces choeurs grégaires du samedi. Il se vit tout nu devant le miroir brume, tel un chandelier de blé, l’enfant de chœur blond, en... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 avril 2018

Paul Claudel (1868 – 1955) : Le cocotier

  Le cocotier        Tout arbre chez nous se tient debout comme un homme, mais immobile ; enfonçant ses racines dans la terre, il demeure les bras étendus. Ici, le sacré banyan ne s’exhausse point unique : des fils en penchent par où il retourne chercher le sein de la terre, semblable à un  temple qui s’engendre lui-même. Mais c’est du cocotier seulement que je vais parler.     Il n’a point de branches ; au sommet de sa tige, il érige une touffe de palmes. ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 avril 2018

José Hierro (1922- 2002) : Enfant / Niño

  Enfant   Roi d’un chant de blé, d’une rivière, d’une vigne : ainsi devra-t-il se rêver. Et libre. Maître de soi, bûcher perpétuel où brûle la bûche de la vérité. Et que l’amour l’enserre.   Il voudra monter jusqu’à voir le ciel apposer des formes claires sur le bronze de son rêve. Les ailes font défaut. Il se blessera dans son effort, et fondra en larmes sur son front d’enfant.   Et il apprendra la vérité. Le chant mourra dans sa gorge rouge, rouge de cette frayeur qui entend et qui voit,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 avril 2018

Georges Ribemont-Dessaignes (1884 – 1974) : Se confondre

  Se confondre   De rien, choses, naissez, cruelles apparences, Néant, vieux magasin, prends ton enseigne visible.   Et toi, bel univers, si vieux, si jeune, ô monde inconnu, Tu prendras ta place Dans les draps de mon sang, dans les plis de mes mains, Sur la paix de mes lèvres, Je tâcherai de naître à tes apparences, Je t’interrogerai comme il se doit, Je t’aimerai pour toi.   Je ne serai rien, je serai tout, Une herbe, un éphémère, un air, Bételgeuse, une voix –   Non, rien, Le vide, et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 avril 2018

Rabindranath Tagore (1861 – 1941) / রবীন্দ্রনাথ ঠাকুর : « Frère, nul n’est éternel … »

  Frère, nul n’est éternel et rien ne dure. Frère, garde ceci dans ton cœur et réjouis-toi.        D’autres que nous ont porté l’antique fardeau de la vie ; d’autres que nous ont fait le long voyage.      Un poète ne peut chanter toujours la même ancienne chanson.      La fleur se fane et meurt ; mais celui qui la portait ne doit pas toujours pleurer sur son sort.      Frère, garde ceci dans ton cœur et réjouis-toi.   ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 avril 2018

Francis Picabia (1879 – 1953) : « Il est une espèce d’oiseau… »

  Il est une espèce d’oiseau d’une grande rareté et bien difficile à connaître, car ces oiseaux ne se posent jamais ; la femelle pond ses œufs dans les airs à une grande hauteur et l’éclosion des petits a lieu avant qu’ils n’aient eu le temps d’arriver jusqu’à terre ; volant sans cesse, ignorant le repos les battements de leurs ailes sont semblables aux battements de notre cœur ; arrêt signifie mort. Ces oiseaux existent partout, ils ont, semble-t-il, toujours existé, mais d’où proviennent-ils, de quelle... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 01:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2018

Abd-al-Wahab Al-Bayati (1926 - 1999) / عبد الوهاب البياتي : L’Hôtellerie du destin

  L’Hôtellerie du destin   La Lune aveugle dans le ventre      du Poisson et toi, éloigné du pays natal, tu ne vis pas, tu ne meurs pas. Le Feu des Mages s’est éteint, allume donc le lampion !   Cherche où a passé le papillon. Peut-être vole-il dans l’ombre verte      de cette ténèbre ensorcelée ? Bois la nuit qui coule de cette lumière, puis brise en morceaux le verre. Cette nuit, sache-le,      ne reviendra pas.   La flèche... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 avril 2018

Philippe Mac Leod (1954 -) : « Sur les coteaux, un clocher s’élance..."

  Sur les coteaux, un clocher s’élance au milieu des arbres. Il pleut. La route grise fend le vert sombre des prairies, le frisson des nappes de colza, les villages enfouis sous les toits roses et luisants. Je cherche le lien, le passage étroit entre les songes qui m’absorbent et la pâleur d’un jour obstinément lointain.   L’éternité par intermittence – à travers nos sommeils – derrière la pluie, comme une lueur étrangère les airs tendus différemment. Et ce chant d’oiseau - dans la cour en arrivant – tard les... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :