Alain_Mabanckou_Franco_a_phone_1_

 

j’emprunte à l’oiseau

l’incertitude du prochain buisson

 

je ne sais quel temps il fera

de l’autre côté de la migration

mais le monde s’ouvre à moi

riche de carrefours

 

que l’envol me porte

me porte encore loin de la clameur

loin de la basse-cour

loin des coqs dressés pour le combat

 

ne pas changer de nom

d’embranchement

rester homme jusqu’au bout

tant que les arbres s’enracineront

à la terre

 

In, « Anthologie carnavalesque 2007 »

Aspects éditions, 54000 Nancy, 2007

Du même auteur :

A ma mère (29/03/2015)

 

« L’horizon appelle... » (29/03/2019)