Pistoxenas_Aphrodite_chevauchant_son_cygne_1_

 

Je serai toujours vierge

 

Je demeurerai vierge comme la neige

Sereine, qui dort là-bas d’un blanc sommeil,

Qui dort pâlement, et que l’hiver protège

Du brutal soleil.

 

Et j’ignorerai la souillure et l’empreinte

Comme l’eau du fleuve et l’haleine du nord.

Je fuirai l’horreur sanglante de l’étreinte,

Du baiser qui mord. 

 

Je demeurai vierge comme la lune

Qui se réfléchit dans le miroir du flot,

Et que le désir de la mer importune

De son long sanglot.

 

Traduit du grec par René Vivien

In, Renée Vivien : « Sapho. Traduction nouvelle avec le texte grec »

Alphonse Lemerre éditeur, 1903

Du même auteur :

 « Je t’ai possédée, ô fille de Kuprôs ! » (13/04/2015)

Aphrodite / εἰς Ἀφροδίτην (13/04/2016)

A une aimée (13/04/2017)