nuit_1_750x495_1_

 

Entre les copeaux de la journée

 

Toute la nuit je marchais par la ville.

Du plafond bleu

                     j’enlevais la lune

et je la descendis sur la terre

                                      comme une lanterne ;

le tisonnier de sa lumière

            m’éclairait les copeaux de la journée

                     laissés dans la rue

                                               et inondés d’ombres.

Toute la nuit je marchais par la ville.

Je lisais les trottoirs                    où les pieds avaient écrit,

J’approchais mes doigts de la poitrine des chaussées,

je suivais les échos des ruelles jusqu’à leur nid,

je mettais sur ma main les grandes places

                                               et je les élevais à mon oreille.

Le lendemain je rentrais chez moi 

                                                       pâle     

 

Traduit du polonais

In, Revue Manomètre, N° 2, Octobre 1922, Lyon