11 mars 2018

Daniel Biga (1940 -) : Horoscope

  Horoscope   Je suis Bélier du 1er décan émotif non actif primaire Vénus qui pleure en conjonction introvert et schizoïde Mon Q.I. n’est que de 116 - J’ai le tort de n’être pas encore un produit du Dynam Institut ou de la méthode Borg chez Aubanel Il Fiho d’Avignoun – infantile encore et sans efficacité les cartes n’ont prédit qu’après de nombreuses difficultés et dans longtemps j’atteindrai mon but et la médium autant (pourtant Krishnamurti  prouve-t-il que l’ambition est un leurre) je vis au milieu... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 mars 2018

Yves Prié (1949 -) : « Ce fut une longue attente… »

  Ce fut une longue attente, comme un hiver de sécheresse. La terre et l’air étaient de même pesanteur. Tout était muet. Longtemps le ciel échappait au regard. En nous le chemin était long. Quelle réponse à donner à cette question que l’on savait sans terme. Il fallut apprendre à l’accepter dans sa vérité de question et vivre dans l’amitié de l’attente, quand tout en nous brûlait d’impatience.   Un jour sans importance Editions Rougerie, 1990 Du même auteur : Esquisses pour un hiver (09/03/2016)  ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 mars 2018

Yves Elléouët (1932 – 1975) : « Les taureaux qui beuglent… »

  Les taureaux qui beuglent dans les rochers et les barbares qui barattent le venin dans des coupes sont allongés dans le vent de mer dans le vent des îles cariées ils ont de grands lits qui se font et se défont entre minuit et midi je les entends remuer pour certains jeux quand le bronze des villages est en berne ils sont allongés dans des pirogues torrides d’où s’élève encore la fumée des oblations de très loin leurs grandes silhouettes me font signe   Au pays du sel profond Editions Bretagne,1979 Du... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 mars 2018

Miyazawa Kenji / 宮沢賢治 (1895 – 1933) : Danse du sabre au village de Haratai

  Danse du sabre au village de Haratai (mental sketch modified)        Dah-dah-dah-dah-dah-sko-dah-dah Ce soir déguisement sous le croissant de lune Sur les têtes plumes de coq noires Et la lame des sabres brille Jeunes danseurs du village de Haratai ! Sève rose du printemps Jetée dans l’amertume des fermages alpins Feu vert de l’aurore d’une vie Offert à la lumière et au vent des plateaux Vêtements de tilleul et de cordes tressées Guerriers de l’air, oh, mes compagnons ! ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2018

Georges Gratiant (1907 – 1992) : Volcan éteint

  Volcan éteint   Vomissures de flamboyants Carrousel du cadre rouge au Grand Palais de cuivre Les canéficiers fieuzals de miel roux engendrent les longues silhouettes noires de mélasse opiacée Lauriers blancs face à la mer Sabots pommelés de fracas incandescents sabots de feu et de sang lambeaux de feu qui descend dans les flancs sabordés pleins de sang qui descend et qui coule et qui roule boule de feu sabot noir étincelant boule de feu et de sang noir figé Et les canéficiers croulant de miel doré coulent... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 mars 2018

Michel Manoll (1911 – 1984) : La maison de la mer

  La maison de la mer   Non, ne me cherchez plus sous ces tuiles disjointes, Mouette d’autrefois, visiteuse attentive, Je ne reviendrai plus m’asseoir à cette table, Ni reprendre ma place à l’orée de la mer ;   Celui qui cherchait là un langage accessible Au moindre brin d’éther, au plus léger embrun, S’est engagé, depuis, dans une longue errance, Séparé des trésors qui brillaient sous son front ;   Il a masqué ses yeux de frondaisons nocturnes Et ne sait plus très bien en quel lieu il se... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 mars 2018

Gil Jouanard (1937-) : Al-Kimiya, II

    Kimiya II   A un certain moment l’heure pèse de tout son poids sur la couleur de la lumière, et l’or s’altère, le rouge s’attiédit, et l’espace se creuse pour laisser filtrer goutte à goutte comme l’écho lointain, à peine audible, d’un cri, comme, éclatant, les veines du silence.   C’est comme si la lumière se muait en plomb, pour sceller le secret dans l’épaisseur fugitive du souffle.   Ou comme si, encore la nuit se soulevait un peu au-dessus des brindilles et des graviers,... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 mars 2018

Saint-Pol-Roux (1861- 1940) : « Océan / Divinité de houles… »

  Aux pêcheurs de Camaret,   Océan :      Divinité de houles et de houles sur des gouffres et des gouffres,       Irascible énergie à la voix de cornac,       Monstre glauque, semblable à quelque énorme gueule de  baudroie suivie d'une incommensurable queue de congre,      Masse mouvante avec, pour âme, cette lame sourde jaillissant en  lave d'un puits abyssal,      Époux de la Tempête aux... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2018

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine / Александр Сергеевич Пушкин (1799 - 1837) : « Lorsque j’erre, songeur… »

  Lorsque j’erre, songeur, au-delà du faubourg, Au cimetière urbain je passe faire un tour : Les grilles des enclos, colonnettes et dalles Qui abritent les morts de notre capitale Pourrissant l’un sur l’autre au milieu des marais, Hôtes gloutons et froids d’un trop maigre banquet ; Mausolées commerçants, monuments fonctionnaires, Fantaisies à trois sous d’un sculpteur de misère, Avec leurs inscriptions en prose ou mal rimées Sur le rang et le cœur d’un mari bien-aimé ; Larmes enamourées sur la mort... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 00:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mars 2018

Armel Guerne (1911 – 1980) : Le poids vivant de la parole

  Le poids vivant de la parole   On peut écrire, et l’on écrit ; On peut se taire, et l’on se tait. Mais pour savoir que le silence Est la grande et unique clef, Il faut percer les symboles, Dévorer les images, Ecouter pour ne pas entendre, Subir jusqu’à la mort Comme un écrasement Le poids vivant de la parole.   Le poids vivant de la parole. Solaire, Editeur, 1983 Du même auteur : Froid (02/03/2015)   L’Ouverture (02/03/2016) Les maudits (02/03/2017)
Posté par bernard22 à 00:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :